/opinion/blogs
Navigation

Les «invités» du prophète

Les «invités» du prophète

Coup d'oeil sur cet article

On fait une tartine immonde des propos de Jean-François Lisée sur les promeneurs qui traversent à gogo la frontière du Canada pour entrer au Québec.

Et qui s’alignent au guichet de l’aide sociale en attendant qu’Ottawa sache quoi en faire... ou comment les renvoyer chez eux.

On les transite parfois par Cornwall mais c’est pour mieux les rediriger vers la Belle Province, le terminus du plus meilleur pays au monde, le Nouveau-Nouveau-Brunswick... Bonjour, Hi!

Mais n’est-ce pas le cas? J’aime bien cette formule. Polie, aimable, distinguée. Qui responsabilise le vrai responsable: Justin Trudeau, le théâtral premier ministre du Canada.

Les «invités» du prophète
Photo d'archives, Simon Clark

Il faut être mal intentionné pour voir dans le terme «invité» quelque insulte, voire du racisme...

Il faut vouloir faire du vent comme Grabuge Nadeau Dubois qui en remet sur le dos du PQ en prédisant du coup un «recul» de l’indépendance!

Hein? Les Haïtiens qui débarquent ces temps-ci ne viendraient ici que pour ça!

GND, est-ce un pyromane solidaire qui appelle les pompiers ou un petit gauchiste prétentieux qui prend tout le monde pour des cons? QS et la gogauche radicale ont fait plus de tort à l’indépendance que tous les Lisée de l’histoire moderne.

Autre cocorico à gauche: Louise Harel, la grand-mère des fusions forcées, qui s'émeut. Mais elle ne doit pas non plus nous distraire de l’essentiel. Pas plus que Philippe Couillard qui semble voir le mal partout, sauf autour de lui.

Au départ pourtant, cette affaire n’a rien à voir avec le PQ, la CAQ, le Québec et les Québécois. Peu importe les injonctions de la franc-maçonnerie multiculturaliste locale.

Toutes proportions gardées, les Québécois ont accueilli au fil de longues années plus d’Haïtiens que quiconque en Amérique du Nord.

Que les critiques et les éditorialistes aillent se faire voir. De même faut-il refuser les accusations gratuites des marxistes de salon et les faux-fuyants vertueux des libéraux provinciaux, ceux-là toujours soumis comme des teckels à la botte du grand dadais fédéral.

Les «invités» du prophète
TOMA ICZKOVITS/ AGENCE QMI

Ce mini tsunami humain commandité par Samsonite, ces régiments dégarnis en T-shirt Lacoste qui arrivent avec valises, enfants et téléphones intelligents, n’ont-ils pas été «invités» par le Prophète d’Ottawa?

Le Canada vous ouvre les bras! Vous, oui vous, l’interdit de Miami ou de Tripoli! Qui que vous soyez, et peu importe votre foi, notre pays est le vôtre... Faites ce que vous en voulez.

Le Canada est à hue et à dia et à bras ouverts. Bonjour, Hi! «Welcome to Canada»!  Allez, venez à moi, prenez et mangez-en tous! Cette frontière n'est qu'une abstraction...

Quand on a rien à perdre et que Trump fait comme Obama, tout ça clignote et brille comme HO-L-L-Y-W-O-O-D sur les collines de Los Angeles...

Ô Canada, terre de nos aïeux et de ceux qui arrivent...

On n’a pas à en vouloir aux migrants, aux immigrants, aux visiteurs, aux illégaux ou aux invités du Petit Père des Éperdus.

Lui qui apprécie tout ça de loin, en savourant ces jours-ci les vins délicieux de la vallée du Niagara, une caresse pour son impérial palais.

Les «invités» du prophète
Photo le Journal de Montréal, Ben Pelosse

Même le faire-valoir de Montréal, l’intermittent du spectacle municipal, le Coderre de la métrofolle, capitale du latex et du cône orange, a fait installer au Stade olympique des banderoles disant tout ce qu’il faut comprendre: «Bienvenue chez vous»...

Trois mots qui vont droit au cœur de ceux qui ont tout laissé derrière, à Miami ou ailleurs. Des mots qui font naître chez le dernier venu, un désir de fierté qui réclamera un jour sa parade.

Peu importe la gueule sûre de ceux qui étaient déjà là. Du temps des Expos ou de l’austérité... Ceux-là ne comptent plus que pour le fisc...

Ah! Ils seront servis, les migrants qui décideront de rester au pays de la ponction fiscale continue...

Alors mériteront-ils nos sympathies les plus sincères...