/entertainment/events
Navigation

Galeries de la Capitale: le Méga parc d’hier à aujourd’hui

Galeries de la Capitale: le Méga parc d’hier à aujourd’hui
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le Méga Parc des Galeries de la Capitale a ouvert ses portes en 1988. Il fêtera donc ses 30 ans l’an prochain, des années marquées par les sourires des petits et des grands. Retour sur 30 ans de succès et pleins feux sur l’avenir !

Au fil des ans, le parc et le centre commercial ont connu trois changements de propriétaire, des travaux ont déjà été effectués et deux nouveaux manèges ont notamment été ajoutés.

En poste depuis octobre 2016, Jean Pelletier, directeur chez Oxford Properties Group, Méga Parc, Galeries de la Capitale, ne peut brosser l’historique complet du Méga Parc, mais il avoue que « c’est un succès depuis le début. Ça fait partie du paysage des Québécois, des gens de la région ».

Jean Pelletier, directeur chez Oxford Properties Group, Méga Parc, Galeries de la Capitale. Photo Julie Rheaume, collaboration spéciale
Photo Julie Rhéaume
Jean Pelletier, directeur chez Oxford Properties Group, Méga Parc, Galeries de la Capitale. Photo Julie Rheaume, collaboration spéciale

« Divertissement, loisirs, joie, bonheur et expériences » sont les premiers mots qui viennent à l’esprit de Jean Pelletier lorsqu’on lui demande de décrire l’endroit. « Le Méga Parc, c’est le deuxième centre thématique au Canada, l’autre étant le West Edmonton Mall (à Edmonton) », précise celui qui a longtemps œuvré au Carnaval de Québec.

La clientèle du Méga Parc des Galeries de la Capitale est principalement constituée de familles. L’endroit est aussi fréquenté par les adolescents, dit M. Pelletier.

Les clients proviennent principalement de la région de Québec, mais le parc attire également les touristes.

Le directeur rappelle d’ailleurs que les Galeries de la Capitale et le Méga Parc constituent ensemble une importante destination touristique à Québec.

« Le magasinage dans le milieu touristique, c’est une des expériences favorisées. Quand on voyage, on va magasiner (...). Le magasinage accompagné d’une expérience dans un parc thématique, au Méga Parc, c’est une valeur ajoutée », dit-il. La période estivale, la relâche et le temps des Fêtes attirent leurs lots de visiteurs. Pour le dirigeant, les Galeries génèrent aussi des retombées majeures pour les restaurateurs et hôteliers environnants.

Sécurité

Le Méga Parc a le bien-être des usagers de ses manèges à cœur. « Notre premier objectif, c’est la sécurité », explique Jean Pelletier. Tous les jours, les manèges sont inspectés par les mécaniciens qui font une tournée complète. Ça commence tôt le matin, vers 4 ou 5 h. Ils font une inspection complète des manèges. Ils les font tourner, fonctionner, pour s’assurer que tout est bien. Ils font une inspection visuelle assez exhaustive. Par la suite, les opérateurs de manège font une deuxième inspection. » Des entretiens préventifs sont aussi effectués, comme recommandé par les fournisseurs. « C’est une religion, lance-t-il en riant. C’est vraiment important, cet aspect-là. »

Cette année, Jean Pelletier et son adjoint ont aussi suivi une formation appelée IROC (International Ride Operator Certficate), « une qualification que l’on veut offrir à nos opérateurs de manèges au cours des mois qui s’en viennent pour, encore une fois, augmenter la sécurité et l’expérience client. » Les superviseurs sont déjà formés, les opérateurs le seront prochainement.

Fidèle au poste depuis 25 ans

Thomas Treggett travaille au Méga Parc des Galeries de la Capitale depuis 25 ans ans.
Photo courtoisie
Thomas Treggett travaille au Méga Parc des Galeries de la Capitale depuis 25 ans ans.

Thomas Treggett œuvre au Méga Parc depuis 25 ans. Après toutes ces années, il adore toujours son travail : « Les gens viennent ici pour s’amuser », dit-il.

Maintenant âgé de 45 ans, il y a fait ses débuts comme opérateur de manèges. De fil en aiguille, il a occupé divers postes et y œuvre aujourd’hui en tant que superviseur.

Parmi les événements du Méga Parc qui l’ont marqué ? Il cite notamment les « enterrements de vie de garçon à la patinoire », la venue de Claudia Schiffer en 1997, les pratiques des Nordiques, la présentation du Téléthon Enfant Soleil, les spectacles du Grand Orchestre de Roland Martel et la tenue d’une journée de promotion de Patrick Groulx, lors de laquelle il s’était « occupé » de l’humoriste.

Il évoque aussi la présence de jeunes hockeyeurs lors d’activités liées au Tournoi pee-wee au Méga Parc. « J’ai été longtemps la personne-ressource (lors du tournoi pee-wee). Je l’ai fait pendant une quinzaine d’années. C’était comme une semaine de vacances », raconte Thomas, qui est bilingue et qui pouvait communiquer avec les joueurs anglophones.

De la belle visite

L’animatrice et porte-parole Claude Thibault et la top-modèle Claudia Schiffer le 8 novembre 1997.
Photo d'archives
L’animatrice et porte-parole Claude Thibault et la top-modèle Claudia Schiffer le 8 novembre 1997.

Le 8 novembre 1997, au Méga Parc, Claudia Schiffer avait participé à quatre entrevues publiques menées par Claude Thibault, alors porte-parole des Galeries de la Capitale.

Avant cette rencontre, Claude était-elle nerveuse ? « La première chose, c’était l’une des premières entrevues que j’ai faites. La deuxième chose, je me sentais extrêmement privilégiée. » La joie de vivre un moment unique prenait le dessus sur la nervosité. L’animatrice avait d’ailleurs été marquée par la gentillesse de la star et sa simplicité.

Le « positionnement mode » du centre commercial était au cœur de l’événement, raconte l’un des organisateurs, le publicitaire Louis Massicotte (aujourd’hui président du Groupe Calypso Valcartier). En 30 ans, ce fut le dossier le « plus glamour » pour la firme de communications de Jean Brouillard. « Ç’a été hyper médiatisé, dit celui qui s’occupait alors des relations de presse des Galeries. Nous avions attiré des médias principalement du Québec, mais aussi du Canada anglais et de l’Europe. »

Un air rétro futuriste

Illustration des futures rénovations du Méga Parc des Galeries de la Capitale aux couleurs Steam Punk. PHOTO COURTOISIE, GALERIES DE LA CAPITALE
Photo courtoisie
Illustration des futures rénovations du Méga Parc des Galeries de la Capitale aux couleurs Steam Punk. PHOTO COURTOISIE, GALERIES DE LA CAPITALE

Le Méga Parc des Galeries de la Capitale subira bientôt une cure de jeunesse à saveur rétro qui s’échelonnera pendant plusieurs mois et qui nécessitera un investissement de 52 millions $.

« Dès le 5 septembre, le Méga Parc tel qu’on le connaît actuellement va fermer ses portes pour une transformation extrême. On va rebâtir, repartir, à zéro un nouveau parc. C’est un investissement majeur de 52 millions $ qui sera (effectué) au cours de la prochaine année pour refaire complètement le parc », raconte le directeur du Méga Parc, Jean Pelletier.

Les travaux vont s’échelonner sur une période de « 15 à 18 mois ». L’endroit devrait idéalement rouvrir ses portes au grand public en décembre 2018.

Le nouveau Méga Parc sera « aux couleurs des années industrielles sous la thématique du Steam Punk. Le Steam Punk, ça relate les années industrielles, mais c’est aussi la possibilité de se projeter dans le futur. C’est un peu le fantastique. Je dis parfois, rétrofuturiste », explique Jean Pelletier.

Ce dernier promet des « attractions exclusives » telle une « grande roue sans rayons, sans intérieur », à travers laquelle circulera un nouveau manège appelé pour le moment Cloud Coaster (il sera rebaptisé d’un nom francophone), « un mélange de montagnes russes et de Tyrolienne », illustre le directeur.

« Ça, ce sera unique au Canada », dit-il. La tour en chute libre sera doublée de hauteur et un théâtre de réalité virtuelle Triotech sera accessible sur place. On trouvera aussi trois salles polyvalentes privées destinées aux fêtes d’enfants et activités corporatives.

Attractions renouvelées

Le parc subira une cure de jeunesse, mais conservera ses quatre manèges les plus populaires qui prendront par contre une allure Steam Punk, « ceux qui ont fait la renommée du Méga Parc », assure M. Pelletier : les montagnes russes, le « magnifique » carrousel, le G Force et les avions.

Le patinage sera toujours offert à la clientèle après les rénovations, mais le « volet hockey » va disparaître. « Actuellement, 80 % de l’utilisation de la patinoire, c’est le patinage libre », ajoute M. Pelletier. On veut donc créer « le plus long sentier de patinage intérieur au Canada », selon M. Pelletier. « On parle d’environ 230 mètres. » Doté de méandres, le sentier sera aussi éclairé à la D.E.L..

Question de s’amuser pendant les travaux, les usagers auront accès à des installations temporaires telles les auto-tamponneuses, des jeux gonflables et à un petit train dans le mail, ajoute Thomas Treggett, superviseur au Méga Parc.

Faits saillants

Le défunt maire de Québec Jean Pelletier et le copropriétaire des Galeries de la Capitale de l’époque, Marcel Adams, sur le carrousel du Méga Parc, lors de la journée d’ouverture officielle le 18 mai 1988.
Photo d'archives
Le défunt maire de Québec Jean Pelletier et le copropriétaire des Galeries de la Capitale de l’époque, Marcel Adams, sur le carrousel du Méga Parc, lors de la journée d’ouverture officielle le 18 mai 1988.

Les Galeries de la Capitale et le Méga Parc sont maintenant sous la gestion d’Oxford, la division d’investissement immobilier d’OMERS, l’un des plus importants régimes de pension canadiens.

1981 - Ouverture des Galeries de la Capitale

Une balade en montagnes russes le 19 mai 1988, en cette journée d’ouverture du Méga Parc 
destinée au grand public.
Photo d'archives
Une balade en montagnes russes le 19 mai 1988, en cette journée d’ouverture du Méga Parc destinée au grand public.

18 mai 1988 - Ouverture du Méga Parc

52 M$ - Somme investie dans la rénovation prochaine du Méga Parc

90 - Nombre actuel d’employés du Méga Parc

200 M$ - Somme totale qui aura récemment été investie au parc et au centre commercial au terme des travaux apportés au Méga Parc. Depuis deux ans, les Galeries de la Capitale font l’objet d’importants investissements et d’un plan de revitalisation.

1 000 000e - Le millionième tour de montagne russe au Méga Parc a eu lieu le 18 février 2017. Les clients sont repartis avec 50 $ en carte-cadeau desGaleries. Il aura fallu 29 ans pour arriver à un million de tours !