/news/currentevents
Navigation

Deux cents agneaux meurent dans un incendie à Matane

Coup d'oeil sur cet article

MATANE – Deux cents agneaux sont morts dans la nuit de jeudi à vendredi à la suite de l’incendie de la Bergerie du coin, à Matane, dans le Bas-Saint-Laurent. Un passant, ayant vu des flammes vers 1 h 30, a prévenu les autorités par l'entremise du 911.

Les propriétaires de la bergerie se sont fait réveiller par les pompiers. Quand ils ont vu l'édifice en feu, il était déjà trop tard.

«En 45 minutes, tout était par terre», a confié Bruno Pelletier, copropriétaire, qui ajoute que les agneaux perdus ne représentent «que 7 % environ» de son élevage. Il raconte que le vent, pendant la nuit, transportait des étincelles vers les bâtiments qui constituent le reste de la bergerie.

Heureusement, la pluie a facilité le travail des pompiers, qui ont rapidement maîtrisé l'incendie.

«On arrive sur les lieux et c’est un embrasement généralisé. Le bâtiment est complètement embrasé, donc on travaille en mode défensif. On s’affaire à protéger les bâtiments qui se trouvent à proximité. Malheureusement, ce bâtiment-là, lui, est une perte totale. Les animaux qui se trouvaient à l’intérieur ont tous péri», a expliqué le directeur du Service incendie de la Ville de Matane, David Lavoie.

Feu dans le garage d'une résidence

Dans le secteur de Saint-Luc, toujours à Matane, un autre incendie a emporté le garage d'une résidence privée sur la rue de l'Église. Le propriétaire de la maison a raconté à TVA Nouvelles qu'il est sorti du garage environ 30 minutes avant le début de l'incendie. Il a dit avoir bravé les flammes à son retour pour sauver son chien, alors que le feu s'était propagé à la maison et à un édifice communautaire à l'arrière de la propriété. Des bonbonnes de propane entre le garage et l'édifice communautaire ont fait craindre le pire aux pompiers.

«On a le propriétaire qui a été légèrement incommodé par la fumée et qui a dû être transporté au centre hospitalier. Au niveau des dommages, tant au niveau du garage que des deux autres bâtiments, on parle facilement de plusieurs milliers de dollars», a indiqué David Lavoie.

Les deux incendies seraient d’origine accidentelle.