/sacchips/space
Navigation

Quatre des sept exoplanètes de Trappist-1 plus susceptibles d’avoir de l’eau

Un portrait de famille du système Trappist-1 (vue d'artiste).
AFP Un portrait de famille du système Trappist-1 (vue d'artiste).

Coup d'oeil sur cet article

En février dernier, des astrophysiciens avaient surpris tout le monde en annonçant un système composé de 7 exoplanètes tournant autour d’une étoile naine, Trappist-1.

Déjà, il était annoncé que trois de ces exoplanètes se retrouvent dans une zone «habitable», donc qu’elles recèlent peut-être de l’eau liquide et ainsi, la vie.

Les recherches ont commencé aussitôt, et maintenant, ce sont quatre planètes qui ont peut-être de l’eau.

Dans un article publié dans The Astronomical Journal, des chercheurs expliquent comment ils ont utilisé le téléscope spatial Hubble pour évaluer les niveaux de rayonnement ultraviolet émis par les planètes de Trappist-1.

En effet, le rayonnement ultraviolet peut contribuer à évaluer la présence d’eau. Les rayons UV émis par l’étoile peuvent en effet briser les molécules d’eau présentes sur les planètes en atomes d’hydrogène et d’oxygène. L’hydrogène peut alors s’échapper de l’atmosphère et la planète peut ainsi perdre son eau.

Une vue d'artiste de l'une des planètes de Trappist-1.
AFP
Une vue d'artiste de l'une des planètes de Trappist-1.

 

Avec les mesures de rayonnement UV combinées à un modèle, les astrophysiciens ont déterminé que les trois planètes les plus proches de l’étoile (les Trappist-1b, c et d) ont perdu l’équivalent de 20 fois toute l’eau des océans de la Terre en 8 milliards d’années (l’âge estimé de l’étoile naine, centre du sytème).

Les quatre planètes les plus éloignées de l’étoile (Trappist-1e, f, g et h) ont conservé davantage d’eau. Elles ont perdu moins que 3 fois toute l’eau des océans de la Terre en 8 milliards d'années, suggérant qu’il reste peut-être de l’eau.

À noter que l’équipe de scientifiques a commencé leurs calculs avec une quantité d’eau «infinie» (ah, les physiciens!). Même qu’elle avertit les lecteurs que leurs estimés restent limités par l’incertitude des masses des planètes.

Un portrait de famille du système Trappist-1 (vue d'artiste).
Capture d'écran - Facebook

Néamoins, cette étude pointe vers une meilleure compréhension de ce système encore tout neuf (à nos yeux!). Petit à petit, on en connaît un peu plus sur Trappist-1.

Pour en connaître davantage sur cette étude, vous pouvez consulter le compte-rendu dans le Guardian. Vous pouvez aussi suivre la page Facebook du système Trappist-1.