/news/provincial
Navigation

Un tout nouveau bâtiment pour le 5e Régiment du génie de combat

Le projet à Valcartier nécessite des investissements fédéraux de 96 M$

Le 5e Régiment du génie de combat (5 RGC) de la base militaire de Valcartier bénéficiera d’installations modernes d’ici 2021, alors que le gouvernement fédéral a officialisé, vendredi, le début des travaux qui représentent une facture totale de près de 100 M$.
Photo Stevens LeBlanc Le 5e Régiment du génie de combat (5 RGC) de la base militaire de Valcartier bénéficiera d’installations modernes d’ici 2021, alors que le gouvernement fédéral a officialisé, vendredi, le début des travaux qui représentent une facture totale de près de 100 M$.

Coup d'oeil sur cet article

Le 5e Régiment du génie de combat (5 RGC) de la base militaire de Valcartier bénéficiera d’installations modernes d’ici 2021, alors que le gouvernement fédéral a officialisé, vendredi, le début des travaux qui représentent une facture totale de près de 100 M$.

«Le régiment, un régiment d’histoire, en est un dont les équipements sont vieillissants et dont les installations sont devenues inadéquates en raison de sa croissance, a expliqué le ministre fédéral Jean-Yves Duclos, qui représentait le ministre fédéral de la Défense à l’occasion de la première pelletée de terre officielle hier.

«Le gouvernement canadien a décidé qu’il était important de vous doter d’infrastructures qui vous permettront, entre autres, de vous entraîner et de travailler de manière plus sécuritaire et plus efficace», a-t-il enchaîné devant les militaires présents, comparant le 5 RGC à un couteau suisse, «puisque c’est un régiment qui peut faire à peu près tout».

Le nouveau bâtiment, très moderne, couvrira une superficie de 18 000 mètres carrés et sera construit avec un souci écologique, assure-t-on.

Le projet d’infrastructures, dont la facture s’élève au total à 96 M$, prévoit aussi, notamment, le remplacement de deux abris et la démolition d’un bâtiment, devenu vétuste.

Une unité qui a triplé en effectifs

«On était très restreints en espace [dans les locaux actuels, construits en 1971], ce sont des espaces conçus pour 200 personnes on est rendus au-dessus de 500», a fait valoir le colonel Stéphane Boucher, commandant de la base de soutien de la 2e division du Canada à Valcartier.

Ce dernier a également souligné que le nombre de véhicules que le 5 RGC maintient et entretient est passé d’une centaine à plus de 200 aujourd’hui.

Il s’agit de véhicules hautement spécialisés utilisés pour la neutralisation d’explosifs et de munitions, et pour détecter des engins explosifs improvisés enfouis.

«On a des capacités uniques qu’on a développées en Afghanistan. Ça prend une place pour les héberger et surtout, les entraîner. On ne veut pas mettre nos jeunes Canadiens et Canadiennes en danger sans un bon entraînement, a insisté le colonel. C’est ça que cette nouvelle bâtisse va nous permettre.»

Selon le gouvernement, le chantier devrait créer 250 emplois durant les quatre prochaines années.