/sports/football/rougeetor
Navigation

Mission accomplie !

Antony Auclair, avec les Buccaneers de Tampa Bay, devient le premier joueur du Rouge et Or à entrer dans la NFL

SPO-ANTHONY AUCLAIR
Photo d’archives Agence QMI Antony Auclair en mai dernier lors du camp des recrues des Buccaneers.

Coup d'oeil sur cet article

Sur les terrains de football, dans la salle d’entraînement, le nez plongé dans les livres de jeux, Antony Auclair y rêvait depuis des années... Ce rêve s’est concrétisé samedi lorsque les Buccaneers de Tampa Bay ont confirmé que l’ailier rapproché beauceron ferait partie de leur alignement, faisant du même coup de lui le premier représentant du Rouge et Or de l’Université Laval à accéder à la NFL.

Les Buccaneers ont officialisé leur alignement de 53 joueurs et l’athlète de 24 ans originaire de Notre-Dame-des-Pins fait partie des élus. Auclair, en fin de journée, réalisait à peine que le labeur de nombreuses années portait enfin ses fruits.

« Ça a vraiment commencé durant la dernière saison, mais c’est le processus de toute une carrière. Tous les soirs je pensais à ça. Toutes les fois que je jouais, je pensais à mon but ultime. À partir de l’hiver, ç’a été une corvée entre tous les événements du processus. J’ai fait un bon travail pour franchir tous ces obstacles. Je ne réalise pas vraiment ce qui m’arrive, honnêtement. C’est difficile en ce moment de prendre le temps de m’asseoir et de réfléchir à ça », a-t-il lancé lors d’une téléconférence.

Quelques indices

Les Bucs ont entamé le processus de coupes dans les dernières heures, faisant graduellement passer leurs effectifs de 90 à 53 joueurs. Certaines de leurs décisions montraient clairement qu’Auclair avait passé le test puisque les ailiers rapprochés Tevin Westbrook et Austin Johnson avaient été libérés.

Si la nouvelle a été rendue publique samedi, le n° 82 des Bucs avait déjà une idée du sort qui l’attendait, ce qui fait en sorte qu’il n’a pas vécu les derniers moments avant le couperet final dans l’angoisse.

« Je m’en doutais un peu après le match et hier (vendredi). J’ai rencontré mon entraîneur de position pour regarder la vidéo du match et il m’a dit : on va devoir travailler ceci et cela, un peu comme si je restais. J’ai aussi rencontré le coach des unités spéciales, qui avait le même message. Lors de ma rencontre avec l’entraîneur-chef (Dirk Koetter), il m’a dit : “Félicitations, tu fais l’équipe.” C’est pas mal excitant ! » s’est réjoui Auclair.

Objectif : un premier match

À l’heure actuelle, cinq ailiers rapprochés demeurent sur l’alignement et, selon toute vraisemblance, quatre d’entre eux enfileront l’uniforme les jours de matchs.

Même s’il fait partie de l’équipe, il faudra patienter pour savoir quand Auclair évoluera dans une première rencontre de saison régulière. À chaque match, 46 joueurs sur l’alignement de 53 sont en uniforme.

« Mon premier objectif était de faire l’équipe. Maintenant que c’est fait, je veux participer à un match », a dit Auclair sans détour.

« Si on jouait demain matin, je ne pense pas que je serais habillé, mais j’ai été bien averti de me préparer comme si c’était le cas. Comme les entraîneurs nous l’ont dit, ce ne sera pas tout le temps les quatre mêmes ailiers rapprochés qui seront habillés. Il peut y avoir des blessures ou l’un des quatre qui va moins bien jouer et c’est là que tu peux entrer en scène », a-t-il fait valoir.

Émotions fortes

Auclair a connu un camp d’entraînement sans bavure et il a bien paru dans les quatre matchs préparatoires des Bucs avec trois réceptions et des blocs de qualité, lui qui a aussi évolué au sein de diverses unités spéciales.

Quant au fait qu’il soit devenu le premier de l’histoire du Rouge et Or à faire le saut dans la NFL, Auclair a peiné à trouver les mots, retenant ses larmes pendant de longues secondes.

« Je ne sais pas quoi dire, je deviens émotif... », a-t-il murmuré avant de prendre une longue pause. « Il y a beaucoup de grands joueurs qui sont passés chez le Rouge et Or, donc c’est assez spécial. »

Les Buccaneers disputeront le premier match de la saison face aux Dolphins, à Miami, le dimanche 10 septembre.

Antony Auclair a fait sa place avec les Buccaneers même s’il a été ignoré au repêchage. Il touchera un salaire de 465 000 $ cette saison s’il conserve son poste dans l’alignement

« Absolument extraordinaire »

Aux yeux de l’entraîneur-chef du Rouge et Or, Glen Constantin, il s’agit d’une journée marquante pour le programme de football de l’Université Laval en 23 ans d’histoire, mais toute l’attention devrait être tournée vers Antony Auclair.

« Il y a beaucoup de joie. On a contribué, mais ultimement, le mérite revient à Antony. On attendait notre tour d’avoir un premier gars dans la NFL et nous en sommes très heureux et fiers pour le programme, mais tout lui revient », a-t-il insisté.

« On a la capacité de développer des joueurs, mais ce que les gens ne comprennent pas, c’est toutes les décisions d’Antony, tous les sacrifices qu’il a faits. Quand on demande aux joueurs de s’entraîner au moins deux fois par semaine, lui, ça a toujours été quatre ou cinq fois. Le talent, c’est une chose, mais la détermination, la concentration et la discipline que ce gars-là a démontrées, ça lui appartient. Faire tout ça d’une bonne manière, c’est tout à son honneur », a renchéri son ancien patron.

Travail de longue haleine

Le coordonnateur offensif Justin Ethier abondait dans le même sens. « C’est absolument extraordinaire », s’est-il extasié.

« Il faut que les gens réalisent tout le parcours derrière. Ce n’est pas juste l’affaire de quelques semaines au camp d’entraînement à Tampa, mais des années de préparation. Son éthique de travail ne date pas du jour où il a su qu’il pouvait avoir une opportunité dans la NFL. Je suis impressionné par la maturité d’Antony dans ce processus extrêmement difficile. On l’a senti en total contrôle », a-t-il noté.

Pour Ethier, il s’agit d’un autre signe de santé, non seulement pour le Rouge et Or, mais pour le football québécois en général.

« Cette nouvelle fait rayonner notre programme et tout notre sport. Jamais on n’a essayé de se comparer aux Florida State et Michigan de ce monde, mais on sait qu’on offre un bon produit avec des athlètes dotés d’un grand potentiel de développement », s’est-il exprimé.

Pas de fiesta !

Auclair devient ainsi le quatrième Québécois actif dans la NFL, après Louis-Philippe Ladouceur (Cowboys), Laurent Duvernay-Tardif (Chiefs) et Justin Senior (Seahawks). Récemment, Elie Bouka (Cardinals), Mehdi Abdesmad (Titans et Buccaneers) et Andy Mulumba (Raiders et Rams) ont été libérés.

Pour Auclair, il n’y avait cependant aucun projet pour faire la fête après cette première étape franchie.

« Pour l’instant, j’essaie de récupérer du camp d’entraînement. Ça a fessé pas mal et mon corps est fatigué. Honnêtement, je suis relax, ma copine est ici et on va profiter d’un peu de temps ensemble », a-t-il simplement mentionné.