/finance/pme
Navigation

De la photographie aux drones

Fondée il y a 90 ans, Lozeau voit se multiplier les appareils photo dans les familles

Stéphane Lozeau-Simard
Photo Pierre-Paul Poulin Stéphane Lozeau-Simard, vice-président de la société familiale Lozeau, est persuadé que les drones représentent l’avenir de l’imagerie.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir vendu des centaines de milliers d’appareils photo et de vidéo à des générations de Québécois, Lozeau se diversifie aujourd’hui avec le joujou de l’heure, les drones...

Il y a de plus en d’images prises par de plus en plus de gens dans de plus en plus d’endroits et avec de plus en plus d’appareils. Pour Lozeau, qui abrite le plus gros stock d’appareils photo et vidéo au pays à une seule adresse, rue Saint-Hubert, à Montréal, c’est de la musique à ses oreilles...

« Il n’y a pas longtemps, on comptait un appareil photo par famille de cinq personnes. Aujourd’hui, c’est cinq appareils dans une seule famille ! » dit Stéphane Lozeau-Simard, vice-président principal, recherche et développement de l’entreprise familiale fondée il y a 90 ans par son grand-père, Léo Laurent.

Avec sa sœur Manon, vice-présidente aux ressources humaines et procédures, ils forment la troisième génération de Lozeau aux commandes, après que leurs parents se soient graduellement retirés des affaires.

Lozeau entre en jeu, explique son vice-président, lorsque le client en est « à l’étape de vouloir faire de la photographie, et pas seulement de vouloir prendre des photos sur son cellulaire ». Il aura besoin de conseils pour l’aider à faire un choix parmi des appareils dont les prix oscillent, chez Lozeau, entre 89 $ et 25 000 $.

Le magasin de la Plaza Saint-Hubert reçoit quelque 200 000 visiteurs par an et le site transactionnel, ouvert depuis 2008, a quelque 760 000 pages vues annuellement.

S’étendre sur le web

« Notre grande force a toujours été notre service à la clientèle, dit Stéphane Lozeau-Simard. Et le défi, en lançant le site, était d’assurer le même service sur internet qu’en magasin. »

C’est sur le web que Lozeau étendra ses opérations et non pas avec des magasins ayant pignon sur rue.

Les parents de Stéphane Lozeau-Simard ont tenté d’ouvrir de nouvelles succursales et même d’offrir d’autres produits. « Ils ont fait des tests plus ou moins concluants, dit ce dernier. Mais ils sont revenus au core business. »

Aujourd’hui, Lozeau mise sur un nouveau gadget qui fait une percée spectaculaire : les drones. Ils sont arrivés sur les tablettes en 2014 et ils représentent désormais 12 % des ventes chez le détaillant.

Intuition

« A priori, offrir des drones chez Lozeau n’était pas naturel, dit Stéphane Lozeau-Simard. Mais on a vu que l’imagerie, qui est notre raison d’être, évoluait vers ça. »

Une excellente intuition, estime-t-il. « Quand on parle de drones, les gens pensent à des hélices, mais ce sont, dans les faits, des robots. Et on n’en est qu’au début de la robotisation de l’imagerie. Le premier frigo avec une caméra arrive sur le marché. Et ça va aller bien plus loin que ça ! »

La compagnie

  • Secteur d’activités : détaillant d’appareils photo, vidéo et de drones
  • Siège social : Montréal
  • Nombre d’employés : 140
  • Actionnaires : Lise Lozeau, Jean Simard, Stéphane Lozeau-Simard et Manon Lozeau-Simard
  • Site web : lozeau.com