/finance/pme
Navigation

Des robots à la rescousse

Une nécessité pour Précinov de Lévis, qui peinait à trouver de la main-d’œuvre

Mathieu DeBlois, président fondateur de Précinov, où les machines sont manœuvrées par des robots.
Photo Didier Debusschère Mathieu DeBlois, président fondateur de Précinov, où les machines sont manœuvrées par des robots.

Coup d'oeil sur cet article

L’année 2017 est occupée pour l’atelier d’usinage Précinov de Lévis. L’entreprise, qui connaît une croissance de 35 %, organise et planifie un déménagement dans de nouvelles installations deux fois plus grandes dans l’Innoparc.

Ce qui est frappant dans cet atelier d’usinage spécialisé dans la fabrication de petites pièces de précision à haut niveau de complexité, c’est à quel point les activités sont automatisées.

Ici, Astro, le petit robot, n’est pas seulement le personnage d’une bande dessinée, c’est une réelle machine qui permet de produire 24 heures par jour, 7 jours par semaine. Et Astro, qui a été baptisé ainsi par les employés, n’est pas le seul dans cette PME, fondée en 2005 par Mathieu DeBlois.

« Si c’est simple et non précis, on n’est pas bon dans cela », a exprimé le président fondateur qui a fait le choix de se spécialiser dès le début dans ce marché.

Les clients de Précinov viennent essentiellement du milieu des hautes technologies. En plus de faire travailler ses propres robots, l’entreprise de 22 employés fabrique aussi des pièces pour les mains adaptatives développées par la firme Robotiq.

Chez Précinov, on utilise des robots pour remplacer les machinistes.

« Le robot prend la pièce et il l’installe dans la machine. La machine usine la pièce et le robot la reprend. Il reste à l’emballer et à l’envoyer chez le client. Le contrôle de la qualité vient avant, pendant et après. Cela nous permet de soutenir la croissance, car on n’était pas capable de trouver de la main-d’œuvre », dit-il.

« Des emplois à valeur ajoutée »

« L’automatisation et la robotisation permettent d’offrir des emplois à valeur ajoutée beaucoup plus intéressants pour notre personnel. Pendant que le robot travaille, l’employé est sur une autre machine à essayer de résoudre des problèmes. Pour nous, les robots n’ont pas coupé d’emplois. Au contraire, ils contribuent à augmenter la qualité des emplois offerts. À cause de leurs connaissances et de leurs responsabilités, les employés jouent un rôle clé dans l’entreprise », a expliqué M. DeBlois.

Nouvelle usine

La nouvelle usine comptera 14 000 pi2, soit près du double des installations actuelles. Les travaux de construction sont commencés et la livraison du chantier est prévue fin 2017-début 2018.

« On est à la limite de ce que l’on peut faire dans nos locaux actuels. On est en location et on n’a pas vraiment la chance de prendre plus de place ici. Cela devenait vital pour la compagnie d’agrandir et de mieux s’installer afin de supporter la croissance », a ajouté M. DeBlois.

Cette PME réalise la plus grande partie de son chiffre d’affaires au Québec. Au cours des deux dernières années, elle a procédé à près de 1,2 M$ d’achats d’équipement.

Précinov

- 2 M$ d’investissement dans une nouvelle usine 14 000 pi2

PME Inc. en bref

Division Canboard - Armoires Fabritec investit à Mont-Joli

Le manufacturier Armoires Fabritec a annoncé qu’il investira 100 000 $ pour moderniser sa division Canboard de Mont-Joli, afin d’augmenter sa capacité de production et assurer sa croissance.

Cet investissement permettra de créer une trentaine d’emplois permanents.

Fabritec, qui compte deux usines de production, à Bromont et à Mont-Joli, poursuit sa croissance chez nos voisins du Sud avec la bannière Home Depot USA. La division Canboard permettra à la compagnie mère d’accroître sa compétitivité sur le marché américain.

Avec ses 700 employés et plus, Fabritec, qui a été fondée en 1983, est l’un des plus grands fabricants d’armoires de cuisine et de salles de bain au pays. Canboard fait partie du groupe Fabritec depuis 1998.

Mont-Tourbillon - Un concept en harmonie avec le voisinage

L’homme d’affaires Michel Noël, propriétaire du Club de golf Mont-Tourbillon, promet un projet en harmonie avec le voisinage, a-t-il indiqué au Journal.

M. Noël confirme qu’un projet de 60 condominiums résidentiels et de 80 unités d’hébergement touristique, mené conjointement avec le groupe Synchro immobilier, est en processus d’approbation par la municipalité de Lac-Beauport. Comme le rapportait Radio-Canada hier, ce projet est évalué entre 30 et 40 M$.

M. Noël a indiqué au Journal que les glissades en chambre à air sur neige seront relocalisées, sans donner plus de détails.

Il a toutefois laissé savoir que le service de buffet à volonté, qui était très populaire avant l’incendie du chalet principal en décembre 2016, ne faisait plus partie des plans.

Les promoteurs misent davantage sur une formule de style « country club ». Le terrain de golf a continué d’accueillir les joueurs tout au long de l’été.

Projet L’Aventura - 25 M$ pour la phase 4

Le Groupe Huot entreprend la 4e phase du projet de condos locatifs L’Aventura, situé dans l’arrondissement Les Rivières.

Ce projet, évalué à plus de 25 M$, comprend la construction de 115 condos locatifs qui viendront s’ajouter aux 167 condos locatifs existants. Les travaux seront exécutés par Millénum Construction, une filiale de Groupe Huot.

Ce projet immobilier, qui comprend plusieurs phases, totalisera à terme près de 1000 unités de location.