/sports/football/rougeetor
Navigation

Desjardins est confiant

Le plaqueur croit que son unité fera mieux qu’en 2016

Football
Photo Agence QMI, Simon Clark Vincent Desjardins estime que la défensive de son équipe peut être meilleure.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré la victoire à la Coupe Dunsmore l’an dernier, Vincent Desjardins estime que la défensive du Rouge et Or de l’Université Laval peut offrir une bien meilleure performance.

« Nous avons l’occasion de profiter de notre rédemption, a illustré le plaqueur de 3e année. À la Coupe Dunsmore, on n’avait pas livré notre meilleure performance. Les Carabins avaient réussi à nous courir dessus et à connaître du succès par la passe. On n’avait pas reparlé de notre performance parce que nous avions atteint la Coupe Uteck et la Coupe Vanier, mais Marc (Fortier) n’était pas très content. Cette année, notre défensive est mieux rôdée parce que ça fait trois ans qu’on joue ensemble. »

Défensive mieux rôdée ou pas, Desjardins s’attend à une solide opposition des Bleus dans leur antre. « En raison des gradins et de la montagne qui entourent le terrain, on a l’impression de se retrouver dans une cage, et le bruit est fort, a imagé le produit du campus Notre-Dame-de-Foy. Les Carabins misent sur une bonne ligne offensive et je prévois un bon match contre eux. Nous avons peu de sacs depuis le début de la saison et ça nous agace un peu. Parce qu’ils ont confiance en leurs receveurs, ils protègent avec sept joueurs en deuxième essai et long, mais il faudra trouver un moyen de se rendre au quart-arrière et profiter d’une bonne couverture de nos demis défensifs. »

Desjardins estime que les Carabins misent encore sur une solide offensive. « Ils ont une solide ligne offensive et je prévois un gros match contre leurs gros bonshommes. Ils misent sur un quart-arrière expérimenté (Samuel Caron) et trois receveurs étoiles (Régis Cibasu, Louis-Mathieu Normandin et Guillaume Paquet). Malgré le départ de Sean Thomas-Erlington, qui était explosif, ça ne changera pas grand-chose au niveau de leur attaque au sol. Gabriel Parent est capable de trouver les trous. »

Dose de confiance

À sa troisième saison dans les rangs universitaires, le joueur défensif par excellence de la dernière semaine au pays n’avait jamais gagné au CEPSUM avant l’an dernier. « On sait maintenant que c’est possible, a-t-il résumé. On avait une longue séquence de défaites et on va se présenter à Montréal plus confiants et sans le stress d’essayer de remporter une première victoire. »