/news/politics
Navigation

Discussions sur le racisme derrière des portes closes

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Les consultations locales sur la discrimination systémique et le racisme se dérouleront à huis clos, à l’abri du regard des médias et du grand public.

Québec mandatera sous peu une vingtaine d’organismes à but non lucratif (OBNL) qui recueilleront des témoignages sur l’expérience des personnes racisées à travers le Québec en vue du forum public qui aura lieu au mois de novembre.

Ces consultations locales pourront « prendre la forme d’une audition de témoignages individuels, de groupes de discussion, d’ateliers ou d’une journée de réflexion », explique l’appel d’offres diffusé par le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI), qui chapeaute les consultations en collaboration avec la Commission des droits de la personne.

Double message

L’appel d’offres précise également que les OBNL seront responsables de « faire la promotion de la consultation auprès de la clientèle visée et, s’il y a lieu, de l’ensemble de la population ».

Toutefois, les travaux seront interdits au public et aux médias, confirme le cabinet de la ministre de l’Immigration, Kathleen Weil.

« Lors de ces consultations, seules les personnes qui désireront témoigner seront présentes. Les médias et le public n’y seront pas invités afin de permettre une liberté de parole totale aux personnes qui témoigneront », dit sa directrice de cabinet, Marie-Hélène Paradis, dans une réponse écrite.

Marie-Hélène Paradis fait également valoir que le grand public pourra participer aux consultations en remplissant un questionnaire ou en déposant un mémoire sur le web.

Pourtant, en juillet dernier, la ministre Weil avait promis que les consultations seraient un « exercice ouvert, démocratique, utile et nécessaire ».

Une bonne chose

Pour sa part, Samira Laouni, qui a été parmi les premières à réclamer ces consultations, voit d’un bon œil ces séances à huis clos.

« Il ne faudrait pas refaire une autre commission Bouchard-Taylor », dit la présidente de Communication pour l’ouverture et le rapprochement.

Par ailleurs, le MIDI accuse un retard dans le déroulement de ses travaux. Les OBNL retenus devaient être dévoilés le 1er septembre, mais la liste n’était toujours pas disponible jeudi.

La Commission des droits de la personne assure que le retard est causé par « un plus grand nombre de propositions qu’anticipé » et qu’une annonce aura lieu sous peu.