/sports/fighting
Navigation

«Stevenson est ridicule» – Oscar Rivas

Oscar Rivas
Photo d'archives Oscar Rivas

Coup d'oeil sur cet article

Si Eleider Alvarez est encore respectueux dans ses propos à l’endroit d’Adonis Stevenson, ce n’est pas le cas de son meilleur ami, le poids lourd Oscar Rivas (20-0, 15 K.-O.).

Le Colombien n’aime pas ce qu’il entend de la part du champion WBC des mi-lourds au sujet de son compatriote. Vendredi, il a dit ce qu’il pensait de l’éventuel adversaire d’Alvarez et de ses actions des derniers mois.

« Stevenson est une personne ridicule qui n’a rien dans la tête, a souligné Rivas dans un excellent français. Les champions se battent avec les champions et pas avec des jambons comme ceux qu’il affronte depuis qu’il possède sa ceinture. »

Il a indiqué que l’attente des deux dernières années n’a pas toujours été facile pour Alvarez.

« Ça fait deux ans et demi qu’il patiente pour son duel même s’il est aspirant obligatoire, a expliqué Rivas. C’est fatigant d’être dans cette position et de devoir faire d’autres combats.

« De la manière dont Stevenson agit, on dirait qu’il a peur d’Eleider. Si j’étais champion comme lui, je voudrais faire des combats avec les meilleurs de ma catégorie. Moi et Eleider sommes venus au Canada pour cette raison. »

Combat important

Pour sa part, après une attente de 14 mois, Rivas remontera sur le ring le 28 septembre alors qu’il sera de la finale d’un gala présenté au Casino de Montréal.

Pour l’occasion, il croisera le fer contre le Costaricain Carl Davis Drummond (31-4, 25 K.-O.) pour l’obtention de la ceinture NABF des poids lourds.

Cependant, même s’il est dans le gymnase depuis un certain temps, il ne serait pas facile de trouver des partenaires d’entraînement à Rivas. Au moment d’écrire ces lignes, son gérant Stéphane Lépine et son entraîneur Marc Ramsay tentaient de lui en dénicher un qui est potable.

« Je sais que ce n’est pas normal, a admis l’athlète de 30 ans. J’ai tout de même mis les gants avec quelques amateurs d’un peu partout au Canada. Par contre, ce n’est pas la même chose qu’un boxeur qui évolue chez les professionnels.

« Peu importe ce qui va arriver, je vais monter sur le ring. Ça faisait longtemps que j’attendais cette opportunité. Pour ce qui est de ma santé, tout va bien depuis quelques mois. »