/sports/fighting
Navigation

Un lancement sur fond de négociations

GYM présente son calendrier tandis que la tenue d’un combat entre Stevenson et Alvarez demeure incertaine

Le promoteur Yvon Michel a dévoilé la programmation de son organisation vendredi au Casino de Montréal.
Photo Pierre-Paul Poulin Le promoteur Yvon Michel a dévoilé la programmation de son organisation vendredi au Casino de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Le Groupe Yvon Michel a lancé ses activités de la saison 2017-2018, vendredi matin au Casino de Montréal. Toutefois, ce sont les négociations entre le champion WBC des mi-lourds Adonis Stevenson et son aspirant obligatoire Eleider Alvarez qui ont retenu l’attention.

Comme on le sait, le Colombien de souche a indiqué dans les derniers jours qu’il veut son combat de championnat du monde contre le monarque des 175 lb dans les plus brefs délais.

Stevenson, qui brillait par son absence lors de l’événement de son promoteur vendredi, rêverait davantage à une unification avec le champion régulier de la WBA, Badou Jack.

« Je discute avec les gérants des deux boxeurs, a souligné Yvon Michel. Je ne cacherai pas que celui qui tire pas mal les ficelles dans ce dossier, c’est Al Haymon, à qui je parle plusieurs fois par semaine.

« On est en train de fixer une date. Je vous confirme que les deux vont boxer à l’automne. À l’heure actuelle, il y a plus de chances qu’Eleider et Adonis s’affrontent plutôt que de se mesurer à des adversaires différents. Je ne veux rien écarter parce que ce n’est pas finalisé. On devrait être fixé d’ici une semaine. »

Le WBC pourrait trancher

Alvarez a un argument de poids qui pourrait être déterminant dans la conclusion de ce dossier : la lettre signée par Stevenson avant son dernier combat. Il a l’intention de s’en servir à bon escient et non de la laisser dans le fond d’un tiroir.

S’il ne respecte pas les délais et les décisions du WBC, l’organisme pourrait enlever la ceinture à Stevenson.

« Je ne crois pas que ça va aller jusque là, a précisé Michel. Depuis plusieurs années, Adonis affirme qu’il veut se battre en unification et il en a fait la demande à plusieurs reprises.

« Il est un peu frustré de la situation. S’il ne peut pas unifier [les titres] ou qu’Eleider refuse de se battre contre lui, c’est sûr qu’Adonis va défendre sa ceinture ou lieu de l’abandonner. C’est trop important pour lui. »

Le président du WBC, Mauricio Sulaiman, a le pouvoir de bloquer une unification. Par contre, au cours des dernières années, cet organisme de sanction a démontré à maintes reprises que sa réglementation pouvait être très souple avec ses champions.

Novembre ou décembre

À l’heure actuelle, Alvarez n’a pas reçu d’offre financière afin de laisser le champ libre à Stevenson pour une énième fois. Si le champion et son conseiller Haymon souhaitent le faire, ils devront verser une somme importante pour le faire changer d’idée.

Alvarez, son gérant Stéphane Lépine et son entraîneur Marc Ramsay ont l’intention d’aller jusqu’au bout pour avoir ce duel qui est le résultat de plusieurs années de dur labeur.

« On parle de dates, soit novembre ou en décembre, a indiqué Lépine. Je crois que notre sortie a eu un impact positif afin de faire bouger les choses. Avec l’appui du WBC, même si l’attente est frustrante, je suis confiant d’avoir notre combat. »

Dans le cas où les négociations avanceraient à pas de tortue dans les prochaines semaines, Lépine n’hésiterait pas à se rendre à Bakou, en Azerbaïdjan, pour prendre part à la convention annuelle du WBC.