/travel/destinations
Navigation

Quand les Américains honorent notre mémoire

Coup d'oeil sur cet article

Cet été, je suis retourné au fort Ticonderoga... pour la quatrième fois ! Pourquoi ? Je suis friand des grandes reconstitutions de batailles historiques. Un, parce que ça permet de mieux comprendre, de visu, comment les choses se sont passées. Deux, parce que ça me réjouit de voir des centaines de participants bénévoles travailler à leur rôle et à leur costume par amour pour l’histoire.

N’est-ce pas ironique que je doive me rendre dans l’état de New York, à 1 h 45 min au sud du poste de Lacolle, pour assister à une grande manifestation qui honore un moment de l’histoire de la Nouvelle-France lorsque Montcalm, avec 3000 hommes, a repoussé quelque 17 000 Anglais... une splendide victoire ! Ce sont donc des Américains qui se déguisent en Français pour reproduire la bataille. Quant aux Iroquois en peinture de guerre, ce sont... de vrais Iroquois originaires de Kahnawake ; ils se font un point d’honneur de participer à ces reconstitutions qui rappellent leurs agissements historiques... et ne laissent pas les autres jouer leur rôle à leur place.

Enfin, la bataille glorieuse de Montcalm, est dite «bataille de Carillon», puisque le fort se nommait alors ainsi. Mais vous savez comment la guerre se termine... Avec un ratio de 15 Britanniques pour un Français, l’année suivante, Bourlamaque dynamite le fort et bat en retraite. Pour faire plaisir à un allié amérindien, les Anglais renomment le fort qu’ils reconstruisent «Ticonderoga», ce qui signifie «bruissement de ruisseau».

Ce territoire passé à l’Anglais, puis à l’Américain, honore mieux notre mémoire que nous l’aurions fait nous-mêmes. Et le 4 juillet, les amoureux de l’histoire reconstituent la bataille où le général Washington a chassé les Anglais dudit fort pendant la guerre d’indépendance... en bombardant les lieux à partir d’une montagne voisine.