/weekend
Navigation

Triple anniversaire

Triple anniversaire
Photo JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

L’année 2017 de Paul Larocque est marquée par trois nombres d’importance : 25, 40 et 60. Les deux premiers représentent des accomplissements professionnels : 25 ans à TVA et 40 ans de carrière. Le dernier marquera une commémoration personnelle : son 60e anniversaire de naissance, qui aura lieu en novembre. En entrevue au Journal, l’animateur de 100 % Nouvelles, La Joute et J.E. dit n’avoir aucun problème à changer de décennie. « L’important, c’est l’âge entre les deux oreilles. C’est évident que j’en ai plus derrière que devant, mais je suis chanceux, j’ai une santé robuste. Tout va bien. »

Originaire de Val-d’Or, en Abitibi-Témiscamingue, Paul Larocque se rappelle très bien ses débuts en journalisme. Finissant du programme Arts et technologies des médias au cégep de Jonquière, il s’était déniché un stage, puis un emploi à CKRS, une station de radio au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« J’étais un jeune blanc-bec de 18 ans qui faisait ses premières armes en couvrant le conseil de ville jusqu’à 2 h du matin. Je garde de beaux souvenirs de cette période. C’était un beau laboratoire. »

Entré au cégep à 15 ans, Paul Larocque se dirigeait vers une tout autre forme de journalisme : le journalisme écrit. Ses débuts à la radio tiennent d’ailleurs du hasard. Mais finalement, le jeune diplômé s’y est plu... pendant 15 ans.

Durant cette période, Paul Larocque a couvert ­beaucoup, beaucoup de ­politique, ­notamment à titre de correspondant à Québec. « Ces années m’aident encore ­beaucoup aujourd’hui », souligne le principal intéressé.

La télé

Paul Larocque est arrivé à TVA en 1992. « J’ai fait mes premiers reportages dans un autobus de campagne, à l’occasion du référendum de Charlottetown. J’ai donc commencé en zone de guerre ! »

Parmi ses plus grandes fiertés, il cite sa participation au développement de TVA comme leader en information.

« Aujourd’hui, TVA est pris au sérieux à l’Assemblée nationale. Ce n’était pas le cas au début. J’ai senti l’évolution. Ça me rend fier de voir que maintenant, lorsqu’il y a une élection, les gens viennent à TVA et LCN. C’est le fruit du travail d’une petite équipe. C’est un grand bonheur professionnel. »

« J’ai vu le bond en avant de LCN. De toutes les chaînes d’info en continu en Occident, on récolte la part de marché la plus élevée. LCN est devenu indispensable. On fait partie du quotidien des gens. »

Les défis du journalisme

Journaliste depuis quatre décennies, Paul Larocque a vu sa profession subir plusieurs mini révolutions au fil du temps. Quand on lui demande d’énumérer les défis auxquels font face les journalistes en 2017, il parle du devoir de sortir la nouvelle rapidement et correctement.

« On doit faire vite, mais on n’a pas droit à l’erreur », observe cet habitué du direct.

« L’arrivée de Donald Trump a accéléré les choses. Plus que jamais, on doit vérifier les faits. On doit stopper les fausses nouvelles. On doit être extrêmement rigoureux, parce que notre compétition vient de partout, y compris des réseaux sociaux. Les gens peuvent consommer la nouvelle de toutes sortes de façons maintenant. Les médias traditionnels ont un rôle très important à jouer pour faire primer la vérité. »

La retraite ?

Le mot « retraite » ne fait pas encore partie du vocabulaire de Paul Larocque. Une seule conversation suffit pour s’en rendre compte.

« Je brûle encore de passion pour le métier que j’exerce, explique le vétéran des ondes. C’est un privilège qui n’est pas donné à tout le monde. »


Paul Larocque anime La Joute ­(désormais en format d’une heure) et 100 % Nouvelles à LCN.

Il pilote également J.E. à TVA. ­L’émission revient le jeudi 14 septembre à 19 h 30.