/news/politics
Navigation

Accès aux cégeps anglophones: la voie du compromis l’emporte

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée
Photo Agence QMI, TOMA ICZKOVITS Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée

Coup d'oeil sur cet article

Les délégués du Parti québécois ont adopté dimanche matin la proposition de compromis négociée par l’exécutif national sur l’accès aux cégeps anglophones.

Le congrès du PQ a donc choisi d’ajouter, par une forte majorité, l’amendement suivant au programme du parti : «S’assurer que le financement des cégeps anglophones réponde en priorité aux besoins de la communauté historique anglophone et par conséquent qu’il soit graduellement aligné sur le poids démographique proportionnel à cette communauté».

La résolution adoptée comprend également plusieurs mesures pour restreindre l’accès aux études en anglais aux francophones et allophones.

Ainsi, un nouvel arrivant qui n’aurait pas étudié en français au primaire et au secondaire se verrait dans l’obligation de fréquenter un cégep francophone.

L’auteur de la proposition, Guillaume Rousseau, explique que la mesure vise à s’assurer que la personne a été « suffisamment francisée ou a eu assez d’éducation en français pour travailler en français ».

De plus, le programme du PQ interdirait aux francophones et aux allophones de s’inscrire à l’éducation aux adultes ou à la formation professionnelle en anglais.

Plus de détails à suivre...