/sports/racing
Navigation

«C’était vraiment une course très dure» - Antoine Duchesne

Antoine Duchesne au départ.
Photo Dario Ayala Antoine Duchesne au départ.

Coup d'oeil sur cet article

Le Québécois Antoine Duchesne a beaucoup souffert dans une fin de course très rapide qui a donné du mal à bien des cyclistes au point de rupture.

« C’était vraiment une course très dure. Personne n’avait envie de vivre le même scénario que vendredi, à Québec. À part quelques temps morts, ça n’a jamais vraiment ralenti et les coups ont commencé très tôt à cinq ou six tours de la fin. Tout le monde se regardait et plusieurs autres n’étaient pas bien. »

L’olympien de Rio n’était pas déçu de sa performance, même s’il espérait mieux.

« Je ne peux pas l’être. J’étais dans une bonne journée et j’étais bien placé. L’équipe m’a aidé le plus longtemps possible. Je ne pense pas que je pouvais faire mieux. C’était vraiment une course difficile du début à la fin », a expliqué le coureur de Saguenay qui repart avec le titre de meilleur Canadien.

Toujours sans contrat pour 2018, le cycliste croit fermement en ses chances de se tailler une place à la dernière minute dans une formation, surtout depuis que l’équipe Cannondale a annoncé qu’elle avait trouvé un nouveau partenaire pour poursuivre l’aventure.

Le peloton sur le chemin de la côte Sainte-Catherine.
Photo Agence QMI, Dario Ayala
Le peloton sur le chemin de la côte Sainte-Catherine.

Même discours

Pour sa part, Guillaume Boivin a également avoué qu’il avait puisé dans ses réserves. « C’était vraiment éprouvant toute la course. Ça roulait très vite. J’ai essayé et je n’ai pas de regret. Je ne pouvais pas suivre dans la bosse. Je ne pouvais faire mieux » a ajouté l’athlète qui termine au 51e rang.

Assis sur le terre-plein en béton de l’avenue du Parc, le vétéran Bruno Langlois se cachait la tête entre les mains en tentant de reprendre ses esprits. L’ancien champion canadien était complètement exténué, incapable de parler, ou presque.

« C’était dur. L’échappée s’est fait rejoindre très tôt et la course s’est ouverte rapidement. Il y avait des coups, des accélérations, des retours. Une course pour les hommes. C’est de loin l’édition la plus difficile que j’ai faite à Montréal à cause du style de course. J’ai explosé sur le plat et j’ai été incapable de revenir », a terminé le cycliste de 38 ans.

Sur le même sujet