/news/society
Navigation

Encore du travail à faire malgré la baisse du nombre de suicides

Trois personnes s’enlèvent la vie chaque jour au Québec

Les oeuvres réalisées dans le cadre du projet « Et si la vie voulait te garder ? Plumes et pinceaux pour la vie » étaient exposées au parc de la Jeunesse pour la Journée mondiale de la prévention du suicide.
Photo courtoisie Les oeuvres réalisées dans le cadre du projet « Et si la vie voulait te garder ? Plumes et pinceaux pour la vie » étaient exposées au parc de la Jeunesse pour la Journée mondiale de la prévention du suicide.

Coup d'oeil sur cet article

Selon le Centre de prévention du suicide de Québec, même si le nombre de suicides est en baisse dans la province, le travail de prévention est encore « grandement nécessaire », puisque trois personnes s’enlèvent la vie chaque jour au Québec.

À l’occasion de la 15e Journée mondiale de la prévention du suicide, une marche à la chandelle a eu lieu dans le secteur de Limoilou dimanche soir.

Quelques centaines de personnes ont également participé à la création d’une fresque géante sur le thème : « Et si la vie voulait te garder ? »

« Nous voulons ainsi célébrer la vie, célébrer la diversité et rappeler que demander de l’aide, ça a toujours sa place », a indiqué la directrice générale du Centre de prévention du suicide de Québec, Lynda Poirier.

22 000 appels à l’aide

Au cours de la dernière année, à Québec, les intervenants du Centre ont répondu à 22 000 appels de personnes suicidaires, de leurs proches, d’intervenants et de personnes endeuillées, selon Mme Poirier. Une statistique encourageante, puisqu’en augmentation, ajoute-t-elle.

« Mais il ne faut pas lâcher, il faut continuer à faire plus pour que ce soit moins tabou », indique-t-elle, précisant que le Centre de prévention du suicide a récemment mis en place des programmes d’aide pour les hommes et les adolescents.

« La majorité des gens, à un moment donné de leur vie, ont eu des pensées suicidaires. Mais les gens qui demandent de l’aide, dans la très grande majorité, ce sont des gens qui sont toujours là aujourd’hui et qui se disent : “Heureusement que je l’ai fait” », indique Mme Poirier, rappelant qu’il est possible de demander de l’aide pour soi, mais également pour un proche.

« Notre gamme de services est complète, on se déplace chez les gens, on fait des relances chez les gens en détresse, nous allons les rencontrer », explique-t-elle.

En majorité des hommes

Selon les plus récentes données de l’Association québécoise de prévention du suicide, 1125 personnes sont mortes par suicide en 2014.

Les hommes représentent plus des trois quarts d’entre elles.

En cas de détresse, la ligne de prévention du suicide est le 1 866 APPELLE. Elle est accessible 24 heures sur 24, sept jours sur sept.