/news/green
Navigation

Les vents et la mer ravagent Cuba

Coup d'oeil sur cet article

Les dégâts matériels causés par le passage samedi de l’ouragan Irma, en catégorie 5, sur Cuba sont considérables, surtout au nord de l’île. Peu d’informations précises sur l’étendue des ravages sont connues, mais le gouvernement ne rapporte aucun mort pour le moment. Un million de personnes avaient été évacuées par précaution et l’électricité avait été préventivement coupée.

  • Des pluies diluviennes se sont abattues sur Cuba plusieurs heures avant l’arrivée d’Irma.
  • La violence des rafales de vent a arraché ou déraciné quantité d’arbres et abattu les poteaux électriques dans de nombreuses localités.
  • Le système de distribution d’eau et le réseau téléphonique filaire étaient aussi perturbés.
  • L’agriculture et les infrastructures touristiques ont subi des dommages.
  • Malgré la désolation sur leur territoire, les autorités ont déployé 750 médecins dans les différentes îles des Caraïbes, comme Antigua-et-Barbuda, les Bahamas, la République dominicaine et Haïti.
  • Il pourrait s’écouler un certain temps avant que l’étendue des dommages soit connue, indique CNN.

La Havane

  • Plusieurs secteurs ont été inondés en raison des pénétrations maritimes sans précédent.
  • « La mer a avancé comme jamais elle ne l’avait fait auparavant », a affirmé Mercedes Lopez Acea, présidente du Conseil de défense nationale de la capitale cubaine.
  • La capitale cubaine a essuyé dans la nuit de puissantes bourrasques atteignant parfois plus de 150 km/h.
  • Les effets d’Irma seront ressentis jusqu’à aujourd’hui.

Cayo Coco

  • Les dégâts sont importants dans le secteur de Cayo Coco, où l’œil de l’ouragan a longé la côte.
  • Plusieurs hôtels sur le bord de l’océan Atlantique, prisés des touristes québécois, ont subi des dégâts majeurs.
  • À l’hôtel Pullman Cayo Coco, tous les clients avaient été évacués et n’avaient pas le droit de rester dans l’établissement.
  • L’aéroport Jardines Del Rey est en ruine. Des images témoignent de la violence de l’ouragan, avec de nombreux débris qui jonchent le sol.