/news/provincial
Navigation

Le maire de Saint-Anselme veut accueillir Amazon

BRITAIN-BUSINESS-RETAIL-AMAZON
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Loin d’adopter la position de son homologue de Québec, le maire de Saint-Anselme, Michel Bonneau, est prêt à accueillir le second siège social que cherche à construire le géant Amazon et qui devrait générer 50 000 emplois.

Vendredi, le maire Régis Labeaume avait indiqué ne pas souhaiter recevoir l’entreprise dans la ville. «50 000 emplois, ce n'est pas une bonne idée pour la ville de Québec! Ils videraient toutes les compagnies de leurs informaticiens», avait-il fait valoir.

«Ça ne tient pas debout. Les 50 000 n'arrivent pas du jour au lendemain» a réagi lundi le maire de Saint-Anselme.

«J'ai décidé d’écrire à M. Bezos [Jeff Bezos, PDG d’Amazon] pour lui dire "moi, à Saint-Anselme, je veux t'avoir"», a raconté M. Bonneau. La lettre écrite en français et en anglais a été envoyée en fin de semaine au président d'Amazon.

«Monsieur Bezos vous êtes le bienvenu, Québec ne veut pas de vous, alors nous la Rive-Sud, on est capable de vous recevoir», a écrit le maire dans sa missive publiée sur sa page Facebook.

Michel Bonneau croit que la proximité de Saint-Anselme avec Québec pourrait jouer en faveur de son village «À Seattle, le bureau chef d'Amazon est à 25 minutes du centre-ville. Saint-Anselme est à 30 minutes de Québec», a noté le maire de la municipalité de 4000 citoyens.

Amazon n’a toutefois pas répondu à l’offre de Saint-Anselme.

Montréal, Toronto et Vancouver ont déjà répondu à l'appel d'offres lancée par Amazon la semaine dernière.

En après-midi lundi, le maire Labeaume a refusé de revenir sur ses propos.

Son adversaire, le chef de Québec 21, s’est distancié de la position du maire de Québec. «C’est ça qu’il nous faut ici, des multinationales comme Amazon», a avancé Jean-François Gosselin.