/news/politics
Navigation

Une campagne «positive» avec «Ihssane» promet Couillard

«C’est la première fois que je vois des gens pleurer de joie à l’annonce d’une candidature», a déclaré Philippe Couillard, en qualifiant le lancement de campagne d’Ihssane El Ghernati de «démonstration très profonde d’humanité, de connaissance du milieu, de proximité».
Photo Agence QMI, Daniel Mallard «C’est la première fois que je vois des gens pleurer de joie à l’annonce d’une candidature», a déclaré Philippe Couillard, en qualifiant le lancement de campagne d’Ihssane El Ghernati de «démonstration très profonde d’humanité, de connaissance du milieu, de proximité».

Coup d'oeil sur cet article

Une semaine après une première démonstration de force libérale rapidement gâchée par le passé d’Éric Tétrault, Philippe Couillard a officialisé lundi soir la candidature d’Ihssane El Ghernati, avec qui il promet une campagne «positive» dans Louis-Hébert.

«Nous, on ne fera pas campagne contre personne», a prévenu le chef libéral, aux côtés des députés libéraux et la région et plusieurs dizaines de militants venus encourager leur nouvelle candidate.

Même si elle a travaillé pendant près de 10 ans en tant qu’attaché politique de Sam Hamad, jamais, lors d’une allocution empreinte de nervosité et d’émotions, Mme El Ghernati n’a mentionné le nom de celui à qui elle tente maintenant de succéder.

M. Hamad n’était pas présent non plus pour appuyer ancienne collaboratrice, lundi soir. Interrogée à savoir si elle bénéficiait de l’appui de son ancien patron, «le contraire me surprendrait», a dit la nouvelle candidate libérale âgée de 51 ans.

«Ihssane, elle connaît tous les dossiers du comté qui ont avancé pendant que M. Hamad était député, a fait valoir M. Couillard. Non seulement elle connaît les dossiers, encore plus important : elle connaît le monde qui portait ces dossiers-là.»

Nouveau départ

Un militant présent sur place n’a pas hésité à confier aux journalistes que la candidature précédente d’Éric Tétrault était un mauvais choix, celui de «l’establishment libéral».

Avec une «candidature de proximité», le premier ministre considère maintenant qu’il s’agit d’un nouveau départ en vue de l’élection partielle du 2 octobre.

Il y a une semaine, de nombreux ministres et députés libéraux des quatre coins de la province s’étaient réunis au même endroit, gonflés à bloc, afin de témoigner leur appui au candidat d’alors, Éric Tétrault.

Ce dernier a quitté le lendemain après que son passé en matière de harcèlement au travail chez ArcelorMittal ait été exposé sur la place publique.

Le caquiste Normand Sauvageau s’est lui aussi retiré de la course après avoir été confronté par notre Bureau parlementaire en lien avec des histoires similaires qui ont assombri sa fin de carrière à la Banque Scotia.

L’ancienne porte-parole du Bureau du coroner, Geneviève Guilbault, qui devait initialement se présenter pour la CAQ dans Charlesbourg aux prochaines élections générales, a depuis pris la relève en tant que candidate dans Louis-Hébert, où elle réside depuis 12 ans.

Six autres candidats sont sur les rangs: Normand Beauregard au Parti québécois, Guillaume Boivin pour Québec solidaire, Sylvie Asselin pour le Parti conservateur, Denis Blanchette pour le NPD Québec, Martin Saint-Louis pour Option nationale et Alex Tyrrell pour le Parti vert.