/world/usa
Navigation

Harvey: enquête ouverte contre Arkema aux États-Unis

Harvey: enquête ouverte contre Arkema aux États-Unis
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’agence américaine de l’environnement (EPA) a ouvert une enquête pour déterminer si l’usine d’Arkema au Texas a respecté la réglementation en matière de sécurité, suite aux explosions survenues sur son site résultant des inondations consécutives à l’ouragan Harvey.

Un administrateur de l’EPA a indiqué à des médias avoir autorisé une demande d’informations adressée au groupe Arkema en vertu de la section 114 du règlement sur la qualité de l’air pour déterminer si le groupe a bien respecté le plan de gestion des risques mis en place par le gouvernement fédéral.

La lettre a été envoyée le 7 septembre et Arkema a 10 jours pour répondre aux questions, selon la même source.

«J’ai émis une lettre dite 114, qui exhorte Arkema à nous communiquer des informations sur leur plan de gestion des risques, à indiquer si ce plan a été bien suivi et si les équipes étaient correctement préparées», a déclaré Scott Pruitt au Washington Examiner.

L’EPA souhaite en outre savoir quelle quantité de produits chimiques était stockée dans l’usine et quelles mesures ont été prises pour les protéger des inondations et de la perte d’électricité.

Interrogé par l’AFP, le groupe Arkema a indiqué qu’un certain nombre d’agences gouvernementales enquêtaient actuellement pour expliquer précisément ce qui s’est produit sur le site de Crosby fin août.

«Nous apportons notre pleine collaboration à ces investigations», a déclaré un porte-parole. «Nous travaillons par exemple avec le Comité de sécurité chimique qui doit rendre public son rapport final», a-t-il ajouté, soulignant que les conclusions des investigations seront utiles à toutes les parties.

Arkema n’avait pas pu empêcher fin août neuf conteneurs, dans lesquels étaient entreposés des produits chimiques, de prendre feu lorsque le site a été inondé après le passage de l’ouragan Harvey au Texas.

Le groupe avait décidé de détruire les produits chimiques fabriqués sur place, des peroxydes organiques extrêmement inflammables, et dont la fumée est source d’irritations.