/finance/opinion/columnists
Navigation

Un étonnant surplus fédéral

Coup d'oeil sur cet article

Surprise ! Malgré l’alléchante bonification de l’aide financière aux familles avec enfants et une hausse généralisée des dépenses fédérales, le dépensier gouvernement Trudeau a réussi à boucler le premier trimestre du nouvel exercice financier 2017-18 avec un surplus. À pareille date l’an dernier, il accusait un déficit d’un milliard.

Le surplus trimestriel s’élève à 85 millions. Oui ! c’est modeste comme surplus, mais tout de même fort surprenant par rapport au lourd déficit anticipé de 28,5 milliards pour l’ensemble de l’année financière 2017-18.

Convenons que cette surprenante performance trimestrielle du gouvernement Trudeau s’avère de bon augure pour le reste de l’exercice financier en cours, lequel pourrait se terminer avec un déficit inférieur aux prévisions du ministre des Finances, Bill Morneau.

DÉPENSES

Les dépenses des programmes effectuées lors des mois d’avril à juin 2017 dépassent de 2,7 milliards celles du trimestre correspondant de 2016.

À elle seule, la bonification de l’aide financière aux familles avec enfants a coûté 1,3 milliard de plus lors de ce trimestre. Cela représente une augmentation de revenus de 28,4 % pour les familles canadiennes.

Justin Trudeau avait promis d’aider davantage les familles avec de jeunes enfants. Il a tenu parole. Concrètement, les familles se sont partagé, lors du premier trimestre de l’exercice 2017-18, des prestations pour enfants de 5,9 milliards de dollars, soit 1,3 milliard de plus que sous l’ancien régime Harper.

Parenthèse. La nouvelle Allocation canadienne pour enfants (ACE) de Trudeau s’avère nettement plus géné­reuse que la combinaison des deux prestations précédemment versées par le gouvernement Harper aux familles canadiennes, soit la prestation fiscale canadienne pour enfant et la Prestation universelle pour garde d’enfant. L’ACE est en vigueur depuis le 1er juillet 2016.

L’allocation maximale annuelle de l’ACE s’élève à 6400 $ par enfant de la naissance à 5 ans et à 5400 $ par enfant de 6 à 17 ans. Versée mensuellement, cette ACE n’est pas imposable, mais elle est assujettie à un taux de réduction dès que le revenu familial net dépasse la barre des 30 000 $.

Pour sa part, en raison d’une hausse du nombre de prestataires et de l’indexation, le montant trimestriel versé par le gouvernement fédéral au chapitre des prestations pour les aînés a augmenté de 686 millions, pour atteindre les 12,4 milliards.

Les charges attribuées au coût des régimes de retraite et avantages sociaux des employés fédéraux ont grimpé d’un milliard.

REVENUS

Au chapitre des revenus, on retrouve d’intéressantes surprises pour le... gouvernement. Par rapport au trimestre correspondant de 2016, le gouvernement Trudeau a encaissé des revenus supplémentaires de 3,5 milliards. Les impôts sur le revenu ont grimpé de 2,68 milliards (+5,9 %). Les revenus de taxes et droits d’accise ont rapporté 1,36 milliard de plus (+10,9 %). S’ajoute à cela un excédent « Autres revenus » de 241 millions.

Mais le poste des revenus de cotisations d’assurance-emploi accuse un recul de 795 millions.

Dernière remarque. Le gouvernement Trudeau a limité la croissance trimestrielle des dépenses en transferts fédéraux à 2,6 %. De quoi soulever la grogne des provinces... notamment en matière de santé et de services sociaux.