/opinion/blogs/columnists
Navigation

Les Alouettes: une vraie farce

SPO-ALOUETTES-ARGONAUTS
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Pendant une douzaine d'années, les Alouettes ont formé une organisation que les autres équipes de la LCF tentaient de copier.

Les succès étaient au rendez-vous. L'équipe se retrouvait régulièrement en finale de la Coupe Grey, l'emportant en 2002, en 2009 et en 2010.

Les gradins du stade Percival-Molson (ou encore ceux du Stade olympique) étaient régulièrement remplis pour les matchs.

Le propriétaire Bob Wetenhall était un homme heureux. Son organisation était bien dirigée par des hommes comme Jim Popp, Don Matthews et Marc Trestman.

Depuis le départ de Trestman à la suite de la saison 2012 et la retraite d'Anthony Calvillo à la fin de 2013, rien ne va plus pour les Alouettes. C'est devenu une vraie farce.

Les seuls défilés auxquels les amateurs ont droit sont ceux des entraîneurs qui se succèdent sans succès à la barre de l'équipe!

Diriger les Alouettes, c'est comme passer par des tourniquets.

Depuis le départ de Trestman, on a vu défiler Dan Hawkins (il a dirigé l'équipe durant cinq matchs avant d'être remplacé par Popp), Tom Higgins (il a dirigé le club pendant 26 matchs avant de laisser sa place à Popp) et Jacques Chapdelaine, qui n'est pas parvenu à compléter une année entière à la barre de l'équipe.

Le directeur général Kavis Reed, qui convoitait le poste d'entraîneur-chef l'an dernier, a décidé ce matin de congédier Chapdelaine ainsi que le coordonnateur défensif Noel Thorpe.

Le départ de ce dernier me chagrine parce que j'estime que Thorpe est l'un des bons entraîneurs dans la ligue, même si on dit que son mauvais tempérament peut déplaire aux joueurs.

On a appris de très bonnes sources que la bisbille s'était installée au sein du personnel d'entraîneurs des Alouettes. C'était loin d'être l'harmonie entre les entraîneurs, de même qu'entre Reed et Chapdelaine. C'est souvent le cas quand une équipe accumule les défaites.

Reed assurera donc l'intérim pour le reste de la saison avec Greg Quick qui sera responsable de la brigade défensive et Anthony Calvillo qui sélectionnera les jeux à l'attaque.

Andrew Wetenhall a mis beaucoup de pression sur Reed pour qu'il agisse sans attendre davantage. Wetenhall espère que ces changements provoqueront une étincelle chez les Alouettes, mais je doute que ça fonctionne parce que les Alouettes manquent de talent.

Les problèmes d'exécution sur le terrain ne se régleront pas d'un simple coup de baguette magique.

Reed n'aurait jamais dû laisser partir de valeureux joueurs comme S.J. Green et Bear Woods, pour n'en nommer que deux, tandis que l'acquisition de Darian Durant n'a pas donné les résultats espérés.

C'est un joli fiasco. Les belles années de cette organisation nous apparaissent maintenant si loin et on ne peut pas blâmer les amateurs d'être moins présents aux matchs sur la montagne.

Les propriétaires de l'équipe doivent porter une partie du blâme, eux qui n'ont pas su faire les bons choix ces dernières années.