/finance/news
Navigation

Les revenus au Québec parmi les plus faibles au Canada

Les revenus au Québec parmi les plus faibles au Canada

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Les ménages québécois se retrouvent encore une fois parmi ceux ayant le plus bas revenu au pays. Une situation qui est loin de s’améliorer depuis 2005, car la Belle Province est également avant-dernière au chapitre de la croissance des revenus depuis 10 ans.

C’est ce que révèlent de nouvelles données sur le revenu des ménages issues du recensement 2016 de Statistique Canada, dévoilées mercredi matin.

Au total, les ménages québécois avaient un revenu total médian de 59 822 $, soit 500 $ de plus que le Nouveau-Brunswick, qui se situe bon dernier au classement canadien.

Les Québécois ont donc un revenu médian nettement moins élevé que la moyenne canadienne (70 336 $), qui est encore une fois propulsé par les salaires plus élevés qu’on retrouve dans les provinces de l’Ouest.

«Les prix élevés des ressources – qui ont généré des investissements et encouragé des personnes à s'établir en Alberta, en Saskatchewan et à Terre-Neuve-et-Labrador – ont stimulé le secteur de la construction et ont, de manière générale, marqué l'ensemble de l'économie», explique Statistique Canada dans son rapport.

Or, cet essor s’est fait aux dépens du secteur de la fabrication, vache à lait principale du Québec.

«Quand le secteur de la fabrication souffre comme c’est le cas depuis 2005, c’est le Québec et l’Ontario qui sont principalement affectés. C’est en partie ce qu’on voit dans la croissance plus faible du revenu médian au Québec», explique Éric Olson, chef du revenu et du logement pour le recensement chez Statistique Canada.

Régions en croissance

Étonnamment, ce sont des villes rurales dont on annonce le déclin depuis des années qui ont eu la plus importante croissance du revenu médian à travers la province.

Au sommet de cette liste, les résidents de Rouyn-Noranda ont vu leur revenu bondir de plus de 20 % de 2005 à 2015. Au deuxième et troisième rang de la province, on retrouve Val-d’Or (18 %) et Sept-Îles (13,4 %).

Ces taux dépassent de façon significative les régions métropolitaines de Québec (11,1 %) et Montréal (8,8%), pourtant les moteurs économiques de la province.

Selon M. Olson, le bond des revenus dans certaines régions s’explique par la présence d’industries de ressources premières au cours de la dernière décennie.

Moins d’enfants à faible revenu

Or, le Québec se démarque des autres provinces en étant le seul endroit où il y a moins d’enfants (14,3 %) que d’adultes (14,7 %) qui vivent dans un ménage à faible revenu (dont le revenu est moins de la moitié de la moyenne provinciale).

Selon Statistique Canada, les nombreux et généreux programmes sociaux québécois orientés vers les familles et les enfants seraient un facteur.

«Les coûts des services de garde d’enfants sont plus faibles et les prestations pour enfants versées à chaque famille sont plus élevées au Québec que dans l’ensemble des autres provinces», explique l’organisme dans son rapport.