/sports/opinion/columnists
Navigation

Therrien n’avait pas le droit de parler à Price

Therrien n’avait pas le droit de parler à Price
Photo le Journal de Montréal, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Vous l’avez sans doute compris, on ne sait rien de ce qui se passe vraiment chez le Canadien. Ce n’est surtout pas de la faute des vaillants journalistes de « beat » qui s’échinent devant des portes verrouillées, une langue de bois élevée en institution et le mensonge érigé en système.

Parfois, quand un officier de la compagnie est congédié, il pourrait être tenté de raconter des petites affaires. Mais comme il lui reste habituellement un an de salaire, il ferme sa trappe et continue de réciter ce qui est préparé dans le gros cartable des relations publiques.

Mais des fois, il y a des bribes d’air frais qui finissent par entrer dans le Sanctuaire.

DROIT DE PAROLE

Lundi matin, neuf heures. Le téléphone sonne. Un de mes bons amis a le goût de jaser du Canadien. La conversation dérive sur la relation entre Michel Therrien et Carey Price : « Tu te trompes, faut pas parler de relation, des relations entre Therrien et Price, il n’y en avait pas. Michel n’avait pas le droit de parler à Price », de m’expliquer mon ami.

– Pardon ?

– Michel me l’a raconté lui-même.

Stéphane Waite ne tolère pas que Michel Therrien parle directement à ses gardiens. Y’a juste lui qui avait le droit de le faire.

Dans la dégelée de 10 à 0 contre Columbus, c’est lui qui a pris la décision de laisser Al Montoya devant le filet.

Quand c’était 3 à 0 pour les Sharks de San Jose après une période, Therrien a demandé « Pis ? Je fais quoi ? »

Stéphane Waite a dit à Therrien d’enlever Price s’il donnait un autre but. Quand Carey est sorti, il était furieux et a lancé un regard colérique à Therrien.

Michel m’a dit que si ç’avait été un autre joueur, il serait allé le voir après le match pour aérer l’atmosphère, régler les affaires. Pas avec Carey Price. Il n’avait pas le droit de lui parler, de raconter mon ami.

UNE DEUXIÈME SOURCE

Juste avec une source, dans ce métier, tu restes sur la défensive. Mais hier, j’ai appris que Michel Therrien avait appelé lui-même le chroniqueur Martin Leclerc du 91,9 après l’incident Price pour lui expliquer comment ça se passait avec son gardien vedette.

Mais puisque l’appel était off the record comme l’avait exigé Therrien, l’histoire est restée confidentielle jusqu’à ce que Michel Therrien offre à Jean-Charles Lajoie une première entrevue.

Puisque Therrien a accordé des entrevues la semaine dernière, Leclerc s’est senti libéré de sa promesse envers Therrien et il a partagé ce que le coach lui avait raconté après l’incident.

Vous trouvez que ça a du bon sens ?

Vous pensez que Claude Julien va endurer pareille turpitude ?

Stéphane Waite a beau venir de l’organisation des Blackhawks de Chicago comme Marc Bergevin, c’est incroyable que le coach en chef concède pareil pouvoir à un adjoint.

Carey Price a le même impact dans cette équipe que Max Pacioretty et Shea Weber. Que le coach doive passer par le gourou du goaler pour discuter avec un de ses leaders est hallucinant.

Heureusement, cette saison, Stéphane Waite va avoir moins de travail avec Carey Price. C’est vrai, la défense du Canadien va être meilleure. Marc Bergevin l’a dit.

Et évidemment, vous l’avez cru.