/news/currentevents
Navigation

Un membre de La Meute expulsé de Place Fleur de Lys

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Un membre de La Meute a été expulsé d’un centre commercial de Québec, mardi, puisqu’il portait les couleurs du groupe controversé.

L’événement s’est produit en matinée à la Place Fleur de Lys. «Ça faisait deux minutes que j’étais dans le centre d’achat. Quand je suis sorti des toilettes, il y avait deux agents de sécurité qui étaient devant la porte», a raconté Patrick Guilbault, au micro de l’émission 100% Normandeau de la chaîne blvd 102.1.

Selon le membre du groupe, les agents lui ont demandé de quitter le centre commercial en raison de son chandail aux couleurs de La Meute. Ceux-ci lui auraient dit craindre que le port de ce chandail provoque des troubles dans le centre commercial.

«Je me suis senti persécuté. On n’est pas un groupe criminel. On est un regroupement citoyen», a déploré l’homme originaire de la Beauce.

La directrice générale du complexe, Louise Gagnon, a affirmé au «Soleil» qu’un agent de sécurité avait fait preuve d’un «excès de zèle». Elle a aussi soutenu que l’homme avait été expulsé parce qu’il faisait de la sollicitation pour La Meute

En entrevue avec Nathalie Normandeau, M. Guilbault a plutôt indiqué qu’il s’était simplement rendu au centre commercial pour rencontrer un autre membre de La Meute et pour faire des emplettes. Il soutient ne pas avoir fait de sollicitation auprès d’autres citoyens. «Comment voulez-vous que j’aie eu le temps de faire de la sollicitation. J’ai passé deux minutes dans le centre d’achat. Et je n’étais pas là pour ça», a-t-il dit.

L’homme a finalement pu réintégrer le centre commercial après avoir mis un manteau par-dessus son chandail.

Patrick Guilbault a défendu son droit de porter ses couleurs. «Je m’affiche parce que je suis fier de faire partie de ce groupe-là, parce que je m’implique dans la société pour défendre nos droits et libertés. On est des patriotes. On est en train de perdre nos valeurs au Québec», a-t-il avancé.

La Meute envisage de déposer une plainte à la Commission des droits de la personne.