/opinion/columnists
Navigation

De la médecine de brousse

opération
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi, comme nous l’a appris Éric Yvan Lemay du Bureau d’enquête hier, le bloc opératoire de l’Hôpital Charles-Le Moyne éprouve des problèmes de salubrité.

Infiltrations d’eau, champignons, insectes, humidité excessive, chaleur extrême...

On y a même vu une souris !

Un peu plus et on se croirait au Biodôme.

Manque plus que des pingouins...

UN BEAU PALMARÈS

Ce n’est pas la première fois qu’on note ce genre de situations dans un établissement hospitalier.

Février 2014 : des moisissures découvertes à l’Hôpital de Verdun entraînent l’arrêt des travaux de construction de la nouvelle pharmacie et une décontamination a été nécessaire.

Novembre 2016 : la peinture décolle des murs à l’hôpital de Hull. Et on constate la présence de gros trous dans les murs du corridor.

Avril 2017 : on trouve de la moisissure dans les nouveaux bâtiments du CHUM.

Juillet 2017 : il fait tellement froid dans les roulottes où l’on donne les traitements de dialyse que les patients doivent porter une tuque et un foulard.

Le plancher est gondolé, des débris traînent un peu partout, il y a de la moisissure sur les murs, les paravents qui séparent les patients sont mal lavés — bref, le lieu est considéré comme inapproprié et non sécuritaire.

Joli portrait, non ?

Allez, chantons ensemble, les amis...

« Dix fuites d’eau, neuf fissures, huit bibittes, sept dégâts, six gros trous, cinq coulisses, quatre fourmis et trois crevasses, deux insectes et une souris... Une souris verte ! »

SUCÉS JUSQU’À LA MOELLE

Pendant ce temps-là, on apprend que le plus gros poste de dépenses des familles canadiennes n’est pas le logement ou la nourriture, mais les taxes et les impôts.

Près de la moitié de notre salaire (42 %) s’en va directement dans le fonds consolidé de l’État.

On n’a pas le droit d’exploiter le gaz ou le pétrole ni d’harnacher des rivières, mais quand vient le temps d’enfoncer un pipe-line dans le schtroumpif des contribuables pour les sucer jusqu’à la moelle, on n’hésite pas une seconde.

On ne prend même pas la peine d’utiliser du lubrifiant.

Le travailleur est la seule ressource naturelle qu’on peut exploiter sans honte !

D’où la question quiz de la semaine : qu’est-ce qu’ils font avec tout l’argent qu’on leur envoie, simonac ?

On paie, on paie, on paie, on paie... et on se retrouve avec des écoles chambranlantes et des hôpitaux qui ressemblent à des camps de brousse ?

BELLES PRIORITÉS

Après ça, on nous dit qu’il faut réduire la place du privé...

Bien oui, d’un coup qu’un citoyen pourrait mettre de l’argent de côté pour se faire soigner ou faire éduquer ses enfants dans de bonnes conditions !

Non, c’est inacceptable !

Nous sommes au Québec, tout le monde aura le cul dans la bouette !

Tu vas flamber ton fric au Casino ? Le stationnement est gratuit et on t’offre même un valet-parking !

Tu accompagnes ton enfant qui reçoit un traitement de chimio ? C’est 25 $ pour stationner ton char.

C’est ce qu’on appelle avoir les priorités à la bonne place.

Et quand viendra le temps de payer des fonctionnaires syndiqués et protégés à vie pour vendre du pot dans des succursales climatisées, n’ayez crainte, on va en trouver de l’argent !