/entertainment/music
Navigation

Les gars dominent encore à l’ADISQ

Seulement 16 femmes sont en nomination cette année au gala de la musique

ART-D�VOILEMENT DES NOMINATIONS DU GALA DE L'ADISQ
photo Agence QMI, Dario Ayala

Coup d'oeil sur cet article

«Je suis vraiment choquée de voir ça!» a lancé Valérie Carpentier en apprenant par Le Journal que seulement 16 femmes, contre 41 hommes, se retrouvent en nomination cette année pour le Gala de l’ADISQ. Une disproportion qui rappelle à quel point la parité homme femme en musique est loin d’être atteinte.

Quelques mois après qu’une centaine de musiciennes se furent mobilisées pour conscientiser la population face à la sous-représentation des femmes en musique, Le Journal a constaté que le problème se présente aussi du côté du Gala de l’ADISQ.

En compilant la liste des finalistes pour le gala dominical télévisé depuis 2012, nous avons constaté que le nombre de femmes en nomination ne cesse de diminuer. Alors que les femmes finalistes étaient plus nombreuses que les hommes en 2012 (29 contre 26), elles ne sont que 16 à se retrouver en nomination cette année.

Au dévoilement des nominations, hier au Club Soda, plusieurs artistes se sont montrés plutôt surpris de ces chiffres. «Dans mon souvenir, d’après ma perception du milieu, il y a beaucoup d’albums de filles qui sont sortis dans la dernière année, dit Catherine Durand. Il y a plein de filles qui font de la super musique. Ce serait préférable de plus les voir.»

De moins en moins de femmes en nomination
Données approximatives compilées par le Journal à partir des 60 nominations dans 11 catégories au gala télédiffusé. On considère un groupe comme étant féminin lorsque ses membres son majoritairement féminins ou que sa tête d’affiche est une femme. 
*Les duos homme/femme et certains ensembles mixtes difficiles à catégoriser (par exemple les troupes de théâtre) ont été exclus du calcul.
Données approximatives compilées par le Journal à partir des 60 nominations dans 11 catégories au gala télédiffusé. On considère un groupe comme étant féminin lorsque ses membres son majoritairement féminins ou que sa tête d’affiche est une femme. *Les duos homme/femme et certains ensembles mixtes difficiles à catégoriser (par exemple les troupes de théâtre) ont été exclus du calcul.

Un souci pour l’ADISQ

Productrice exécutive et directrice des galas de l’ADISQ, Julie Gariépy a mentionné au Journal être bien au fait de la situation. «La représentation féminine est un souci que l’on a à l’ADISQ. C’est sûr qu’à valeur égale, on fait toujours attention à ça. On représente la société. On a envie d’encore plaire aux jeunes, qu’ils se sentent concernés par ce qu’on fait.»

► Le Gala de l’ADISQ aura lieu le 29 octobre prochain.

Ce qu’ils ont dit

«Je suis vraiment choquée. Je ne m’attendais pas à ça [de voir ces chiffres]. Je suis contente d’être dans les 16 privilégiées. Mais ça confirme l’impression que l’on a d’être toujours dans un milieu de gars. Il faut éduquer les filles à avoir la même confiance en elles que les gars.»

– Valérie Carpentier

«On constate que c’est une tangente, présentement. Depuis longtemps, je dis que ça manque de filles dans certains postes-clés en musique. Bien sûr que les filles doivent se lever, mais ça ne sert à rien si les portes sont fermées. Je suis de tout cœur avec elles. Je trouve que c’est beaucoup trop peu comme représentation.»

– Patrice Michaud

«De voir ces chiffres-là, c’est vraiment plate. Ça ne veut pas nécessairement dire que c’est volontaire. Mais la parité, ça devrait être une conscience sociale. Les diffuseurs sont subventionnés par le gouvernement. Ils ont une responsabilité d’offrir une meilleure parité.»

– Alexe Gaudreault

Les nominations du Gala de l’ADISQ

Album de l’année – adulte contemporain

  • Pour Rosie – Valérie Carpentier
  • Autre monde – Luc De Larochellière
  • Encore un soir – Céline Dion
  • La pluie entre nous – Catherine Durand
  • Univers parallèles – Damien Robitaille

Album de l’année – hip-hop

  • Les Frères Cueilleurs – Alaclair Ensemble
  • Le retour de Jacobus – Jacques Jacobus
  • Long jeu – KNLO
  • Chasser ses démons – La Carabine
  • Petit Prince – Rymz

Album de l’année – pop

  • Paloma – Daniel Bélanger
  • Almanach – Patrice Michaud
  • Nos Eldorados – Alex Nevsky
  • Noir Éden – Peter Peter
  • Le temps des vivants – Vincent Vallières

Révélation de l’année

  • Émile Bilodeau
  • Alexe Gaudreault
  • KNLO
  • Samuele
  • Saratoga

Spectacle de l’année – Auteur-compositeur-interprète

  • Paloma – Daniel Bélanger
  • L’osstidtour – Alaclair Ensemble, Brown
  • 4488 de l’Amour – Les Sœurs Boulay
  • Almanach – Patrice Michaud
  • Les Horizons – Richard Séguin

Auteur ou compositeur de l’année

  • Alaclair Ensemble pour Les Frères Cueilleurs
  • Avec pas d’casque pour Effets spéciaux
  • Daniel Bélanger pour Paloma
  • Klô Pelgag pour L’Étoile thoracique
  • Peter Peter pour Noir Éden

Groupe ou duo de l’année

  • 2Frères
  • Les Cowboys Fringants
  • Les Sœurs Boulay
  • Les Trois Accords
  • Marie-Ève Janvier et Jean-François Breau

Interprète féminine de l’année

  • Valérie Carpentier
  • Céline Dion
  • Ariane Moffatt
  • Safia Nolin
  • Klô Pelgag

Interprète masculin de l’année

  • Daniel Bélanger
  • Koriass
  • Patrice Michaud
  • Alex Nevsky
  • Vincent Vallières

Chanson de l’année

  • Il y a tant à faire – Daniel Bélanger
  • Tu ne sauras jamais – Ludovick Bourgeois
  • Les Échardes – Charlotte Cardin
  • Encore un soir – Céline Dion
  • Oiseau – Fred Fortin
  • Marine marchande – Les Cowboys Fringants
  • Fais-moi un show de boucane – Les Sœurs Boulay
  • Kamikaze – Patrice Michaud
  • Polaroid – Alex Nevsky
  • Tout me ramène à toi – Roch Voisine