/news/provincial
Navigation

Le candidat de Québec 21 abolirait les parcomètres sur Maguire

Québec 21 présentera le père de famille Alexandre Pettigrew, neveu de l'ancien ministre libéral Pierre Pettigrew, dans le district électoral de Saint-Louis-Sillery à l'élection du 5 novembre.
Photo Stevens LeBlanc Québec 21 présentera le père de famille Alexandre Pettigrew, neveu de l'ancien ministre libéral Pierre Pettigrew, dans le district électoral de Saint-Louis-Sillery à l'élection du 5 novembre.

Coup d'oeil sur cet article

S’il est élu dans Saint-Louis–Sillery, Alexandre Pettigrew, candidat de Québec 21, abolira les controversés parcomètres de l’avenue Maguire.

C’est ce que ce candidat a fait savoir jeudi après-midi au moment où il était présenté aux journalistes, pour la première fois, par son chef Jean-François Gosselin. «Quand je serai élu, les parcomètres sur la rue Maguire, ça va changer. On va mettre des stationnements à durée limitée pour permettre aux commerçants de mieux vivre et un meilleur roulement sur la rue», a-t-il soutenu.

M. Gosselin a expliqué que cette demande lui parvenait régulièrement de la bouche des commerçants de l’artère. «On veut faire en sorte que les clients puissent accéder aux commerces facilement et rapidement», a-t-il insisté.

Une famille de politiques

M. Pettigrew est le neveu de l'ancien ministre libéral Pierre Pettigrew et le petit-fils de Louis Pettigrew, ancien conseiller municipal de l'ex-Ville de Sillery. À 35 ans, celui qui sera bientôt père de quatre enfants détient un baccalauréat en biochimie de l'Université Laval et est gestionnaire chez Loto-Québec depuis 2009. «Un gros morceau de la politique silleroise s'est retiré avec le départ de Paul Shoiry et je sentais le besoin de reprendre le flambeau», a soutenu le candidat Pettigrew.

Pour compléter son équipe, Québec 21 doit encore dévoiler le nom de quatre derniers candidats d’ici vendredi prochain, date du lancement formel de la campagne électorale. Trois des quatre noms seront connus ce matin.

Prenant l’exemple des déboires des libéraux et des caquistes dans la partielle de Louis-Hébert, M. Gosselin a admis que le recrutement des candidats est fort difficile. «Ce que Québec 21 est en train de faire, ça relève du miracle. On a relevé l’impossible», a-t-il soutenu en vantant la qualité de ses candidats.