/sports/baseball/capitales
Navigation

Rich Katz, vedette de la télé malgré lui!

Ottawa's baseball team are a bunch of 'Champions'
Photo Agence QMI Convaincu que le baseball professionnel indépendant aura bientôt pignon sur rue à Montréal, le commissaire Miles Wolff rejette l’idée de relancer le calendrier interligues entre la CanAm et l’American Association.

Coup d'oeil sur cet article

Les saisons de baseball passent et Rich Katz demeure l’un des meilleurs officiels de la Ligue CanAm. Quinquagénaire en devenir, Katz a débuté sa carrière professionnelle lorsque les Capitales évoluaient dans l’ancestrale Ligue Northern!

Retenu par ses obligations personnelles dans la région de New York, le démonstratif homme en bleu limite ses excursions en sol canadien «pour les grandes occasions», lance-t-il sourire aux lèvres.

«Québec est un marché unique au sein du baseball mineur. Il y a beaucoup de monde et d’ambiance dans les gradins même durant les séries éliminatoires», a-t-il observé au fil des ans.

La salle comble de jeudi, la première à Québec en ronde éliminatoire depuis 2009 et la 5e de la saison 2017, détonnait avec les gradins vides notés lors des deux premières parties de la série finale joués au Palisades Credit Union Park. Prenez avec un grain de sel les foules annoncées de 1043 et 1 006 spectateurs au domicile des Boulders! À croire qu’ils ont compté les jambes et les bras des clients et des joueurs pour atteindre ce chiffre!

Incident malheureux

Actif durant une 14e finale consécutive, «j’ai été choisi pour la finale dès ma première campagne en 2004» précise-t-il, Katz a vécu un moment inusité, mardi, quand il a atteint le lanceur des Boulders Nick Sarianides à la tête à l’aide d’une balle.

Le lendemain, cette séquence virait en boucle sur de nombreux réseaux de télévision sportive et les Internets.

«Je me sentais vraiment mal à l’aise quand c’est arrivé. Bien sûr, j’avais seulement lobé la balle, mais une balle de baseball demeure une balle de baseball.  C’est dur! J’ai craint une blessure sérieuse quand Sarianides s’est écroulé aux abords du monticule. Heureusement, la balle l’avait atteint sur le devant de sa casquette et non dans un œil.»

Montréal dans la mire

Puisque le match de jeudi pouvait être suivi par la remise de la coupe Arthur E. Ford et de la bannière commémorative du championnat, le commissaire de la CanAm Miles Wolff s’est pointé à Québec.

Le résident de la Caroline du Nord a réitéré que l’un de ses vœux les plus chers demeurait l’implantation d’une concession à Montréal. Cela pour pourrait s’avérer dans un avenir pas si lointain, laisse-t-il entendre.

«La surface artificielle au stade municipal (Canac) et le dôme qui sera installé pendant l’hiver feront que cette infrastructure sera utilisée douze mois par année. Pour Montréal, on ne parle donc plus de construire un stade seulement pour une cinquantaine de parties par saison. Cette nouvelle vocation pourrait faire débloquer le dossier du côté de Montréal. Michel Laplante (le président des Caps) pilotera le dossier au cours des prochaines semaine», a déclaré Miles Wolff.

Pas d'inter-ligues

Miles Wolff a toutefois écarté du revers de la main la relance d’un calendrier interligues avec l’American Association et d’une expansion prochaine en sol américain.

La formule du calendrier partagé avait été prisée à Québec, Winnipeg et dans quelques autres marchés du baseball indépendant où la priorité n’est pas seulement de gérer une petite caisse à la petite semaine, mais de développer le sport auprès.

«L’interligues n’est pas dans les plans pour l’an prochain», a assuré Miles Wolff.

La dissolution de la formation à demi-itinérante des Stockade de Salinas a certes réduit le nombre d’engagés à onze dans la «AA».

D’ailleurs, toute trace de ce désastre à crampons entre les lignes blanches a déjà été effacée du site de la ligue, statistiques incluses!

Une douzième formation, les Dogs de Chicago démarrera toutefois ses opérations en mai prochain dans un stade de 60 millions $US, érigé à Rosemont en banlieue de la ville des Vents.

Séries internationales

Estimant que l’effet de nouveauté n’y était plus, Wolff croit que d’autres sélections nationales remplaceront adéquatement Cuba et la République dominicaine au sein du calendrier régulier de sa ligue l’an prochain.

«En 2016, les foules avaient été excellentes à Ottawa, cette saison, elles furent bonnes. Puis, les représentants de la délégation cubaine arrivent toujours toujours avec une longue liste de demandes!»

Pariez que les Capitales, qui ont établi des relations solides avec l’ile des Castro et qui alignent d’excellents joueurs cubains depuis quelques saisons, vont s’opposer aux réticences de Wolff.

«Le retour du baseball aux Jeux olympiques (à Tokyo en 2020), incite plusieurs pays à relancer leur équipe nationale. Le Japon a démontré un vif intérêt à jouer contre les clubs de la CanAm l’an prochain, à l’exemple de quelques pays européens. Rien n’est encore décidé», a conclu Miles Wolff.

Réponses à ces questionnements seront fournies lors de l’assemblée générale annuelle de l’American Association le 3 octobre et celle de la CanAm, le 10 du même mois.