/sports/soccer/impact
Navigation

Un nouveau contrat pour Anthony Jackson-Hamel avec l’Impact

Il signe un contrat de deux ans

SPO-IMPACT-MLS-COLUMBUS-CREW
Photo Agence QMI, Joel Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Anthony Jackson-Hamel ne s’en va nulle part. L’attaquant de Québec et l’Impact se sont entendus sur un contrat de deux saisons assorti d’une année d’option pour la saison 2020.

«Ça fait extrêmement plaisir de pouvoir continuer ici à Montréal avec des coéquipiers que je connais bien et dans la ville que j’aime», a avoué le joueur originaire du quartier Limoilou, à Québec.

«C’est une bonne durée pour nous et pour lui. Ça lui donne un peu de sécurité pour se concentrer sur ce qu’il doit faire sur le terrain», a indiqué le directeur technique Adam Braz, qui doit maintenant régler le dossier Ignacio Piatti.

«Les discussions continuent, a précisé Braz. On a espoir de le signer. Il est sous contrat jusqu’en juin 2018 et on continue à discuter pour prolonger son contrat.»

Son efficacité parle

Il faut dire que Jackson, 24 ans, a pris les moyens nécessaires pour se négocier une nouvelle entente.

Il est le second marqueur de l’équipe cette saison, derrière Ignacio Piatti, avec sept buts. Il a également ajouté trois passes. Et tout ça en 15 matchs, mais en seulement 6 départs.

«Chaque but qu’il a marqué était bon pour lui dans les négociations», a reconnu Adam Braz.

Jackson, lui, reconnaît qu’il avait l’intention de passer un message sur le terrain cette saison.

«C’est sûr que comme attaquant, les stats c’est super important et je voulais que ça soit clair.»

Intérêt ailleurs

Il y a quelques semaines, Jackson a laissé entendre qu’il était prêt à quitter Montréal pour avoir plus de temps si c’était nécessaire, mais il assure que ça n’a jamais été son intention.

«Quand on m’a posé la question, j’ai juste dit quelle était ma situation. Mais j’ai toujours dit que je voulais rester avec le club, c’était ma première intention.»

N’empêche que ses performances ont eu des échos à l’extérieur de la métropole.

«C’est sûr qu’il y avait beaucoup de discussions ailleurs, je ne vais pas le cacher, mais mon intention était de rester ici», a commenté Jackson.

«C’est normal qu’il y ait eu de l’intérêt pour un joueur qui joue bien», a ajouté Mauro Biello.

Progression

L’entraîneur-chef de l’Impact a par ailleurs vanté la progression du produit de l’Académie de l’Impact.

«Il a toujours eu une bonne attitude. Il connaît ses qualités et sait ce qu’il doit faire pour s’améliorer et aider l’équipe et ça fait partie de sa progression.»

«L’année passée a été une bonne saison pour lui. Il a très bien fait avec l’équipe USL même si son temps de jeu a été réduit en MLS avec la présence de Didier [Drogba] et Matteo [Mancosu].»

En effet, Jackson a inscrit 9 buts et 2 passes en 15 rencontres avec le FC Montréal en 2016.

«Il a gagné en maturité en jouant dans une ligue où il affrontait des hommes», a noté Biello.

Un message aux jeunes

En signant un nouveau contrat avec l’Impact, Anthony Jackson-Hamel va certainement devenir le joueur le mieux payé parmi ceux issus de l’Académie du club.

Cette signature marque un tournant dans l’histoire de l’Impact et dans son développement des jeunes talents et c’est ce que souhaitait Jackson.

«C’est un peu ce que je voulais pour les jeunes, pour prouver que ce n’est pas juste un rêve et que ça peut arriver.»

«Si tu travailles et que tu continues à pousser dans cette direction-là, à un moment donné, tu es récompensé.»

Changement

Mauro Biello a fait remarquer qu’il faut du temps pour opérer un changement.

«Tu vois la progression de ces joueurs-là et de notre académie, a indiqué l’entraîneur-chef. Ça prend du temps pour sortir des produits et maintenant, tranquillement, ils commencent à sortir.»

«Il y a des gars qui jouent avec la première équipe et dans l’équipe nationale.»

Jackson estime par ailleurs que l’époque où les joueurs locaux étaient parfois moins bien traités que les joueurs étrangers est pour ainsi dire révolue.

«Ça commence à changer et c’est justement pour ça que je suis content d’être ici.»

Bonne mentalité

Pour le directeur technique, Adam Braz, le passeport d’un joueur n’entre pas dans les critères d’évaluation.

«Pour nous, on ne regarde pas d’où vient un joueur. On regarde ses performances et ce qu’il fait sur le terrain.»

Et dans le cas précis de Jackson, il souhaite maintenant le voir s’inscrire dans la durée.

«Anthony a bien progressé et il a une bonne mentalité. Ses performances sont bonnes et il a démontré qu’il peut compter des buts. Il doit maintenant démonter qu’il peut jouer à un haut niveau de façon constante.»