/news/transports
Navigation

Nuisible pour Québec

Le maire Labeaume écarte le troisième lien à l’est

Coup d'oeil sur cet article

Un troisième lien à l’est ne bénéficiera qu’à 3000 personnes de la Rive-Sud, n’allégera pas le trafic sur les ponts et congestionnera le secteur de Beauport, déplore Régis Labeaume, qui propose plutôt qu’on alterne les voies sur Pierre-Laporte.

Seules 3000 personnes sur les 24 000 qui franchissent les ponts vers le nord le matin verraient leur temps de transport réduit avec un troisième lien à l’est, a soutenu hier Marc Des Rivières, directeur du Bureau des transports de la Ville de Québec.

Elles proviennent du secteur Desjardins à Lévis, pour la plupart, et pour une faible proportion, des régions de l’est du Québec.

« Est-ce que les gouvernements devraient investir des milliards de dollars pour seulement 3000 véhicules ? » a demandé le maire de Québec, Régis Labeaume, qui dit vouloir protéger les citoyens de Québec.

Le maire a refusé de condamner le projet de troisième lien à l’est. Cependant, il a clairement énoncé qu’il le préférerait à l’ouest. Mais il croit qu’avant de s’embarquer dans cette dépense, le gouvernement devrait d’abord étudier la possibilité d’ajouter des voies sur la 20 à l’approche du pont et de mettre en place un système qui permettrait d’ajouter une voie en direction nord le matin et une en direction sud le soir.

Le Bureau des transports a utilisé pour son analyse les données les plus récentes des déplacements dans la région. Celles-ci datent cependant de 2011. « Les débits de circulation ont peu évolué au cours des dernières années », a fait valoir M. Des Rivières. La Ville a fait des projections pour connaître l’impact d’un troisième lien qui serait construit en 2030 dans l’est de la ville, en tenant compte des prévisions de croissance du parc automobile.

Constat

Un constat se dégage : un troisième lien apporterait plus de voitures sur Dufferin-Montmorency et sur Félix-Leclerc. Les files d’attente seraient allongées et les temps de déplacement accrus en moyenne de 10 minutes sur ces artères. Le réseau municipal en subirait aussi les contrecoups avec une circulation plus intense.

« Ça veut dire qu’au total, 90 % des citoyens de Lévis ne verraient aucune amélioration de leur temps de parcours avec les analyses qu’on a. Pour l’avantage de 10 % des gens de Lévis, nos concitoyens de Beauport, de Charlesbourg, des Rivières et de la Haute-Charles seraient désavantagés et verraient leur temps de déplacement prolongé le matin. La question, c’est “est-ce que ça en vaut la peine ?” », a lancé M. Labeaume.

Les spécialistes sont aussi d’avis que le secteur des ponts ne serait pas si soulagé. La période de congestion ne serait réduite que d’une demi-heure.

Régis Labeaume soumettra ses analyses au bureau de projet du troisième lien.