/sports/football
Navigation

À la conquête de L.A.

FBN-SEATTLE-SEAHAWKS-V-LOS-ANGELES-CHARGERS
Photo d’archives, AFP Les Chargers évolueront au StubHub Center, à Carson, où ils auront fort à faire pour convaincre le marché de Los Angeles de les adopter.

Coup d'oeil sur cet article

Les Chargers s’apprêtent à disputer un premier match dans leur nouveau domicile de Los Ange­les. Bonne chance pour convaincre le marché indifférent de Los Angeles et que des liens puissent réellement se tisser entre l’équipe et une mégapole aux mille et un autres centres d’intérêt !

Dans leur petit stade de 27 000 places dans la région de Carson, il est loin d’être assuré que les Chargers fassent salle comble face aux Dolphins. Avec un peu de chance, il y aura un minimum d’intérêt au départ pour l’équipe qui n’a évolué qu’une seule saison à Los Angeles, en 1960, avant de prendre la route de San Diego pour les 56 saisons suivantes.

Le fait est que Los Angeles attendait beaucoup plus de renouer avec les Rams ou les Raiders qu’avec les Chargers. Et malgré le retour des Rams célébré en grande pompe il y a un an à peine, le vieux Memorial Stadium est la plupart du temps dégarni. Pourtant l’équipe avait de profondes racines à Los Angeles, rappelons-le, puisqu’elle y avait évolué de 1946 à 1994.

Même si ce stade n’est pas adapté à la NFL d’aujourd’hui, le fait est que les Rams peinent à susciter la ferveur à L.A. pour le moment. Dimanche dernier, la moitié du stade était vide même si beaucoup de billets étaient offerts pour la modique somme de... 6 $ ! Imaginez la faible fièvre que suscitent les Chargers, qui sont tout au plus un vieux parent lointain oublié...

Décision regrettable

Les Chargers et Los Angeles sont dans un mariage de raison plus que de passion. Sauf que même la raison ne tient pas la route.

La NFL, qui commence à peine à se battre pour que les Rams soulèvent les foules dans la grande ville californienne, ne souhaitait certainement pas mener ce combat avec deux équipes à implanter en deux ans. Il demeure difficile de croire qu’il n’y avait absolument aucune issue dans les négociations avec la Ville de San Diego pour un stade.

Les Rams, qui inaugureront leur domicile à la fine pointe du progrès en 2019, demeureront toujours les premiers tenanciers, même s’ils le partageront avec les Chargers. Bref, on voit mal comment le déménagement des Chargers pourra profiter à quiconque.

Un bon noyau

La seule chance pour les Chargers de gagner soudainement le cœur de Los Angeles, c’est de gagner. Rapidement et à répétition !

Un bon noyau semble en place, mais il faudra tirer profit de la fenêtre qui se referme tranquillement pour le quart-arrière Philip Rivers. Avec des receveurs comme Keenan Allen et la recrue Mike Williams, un porteur comme Melvin Gordon et une défensive qui inclut de solides éléments, tout est possible.

Mais s’ils pataugent moindrement dans la médiocrité, les Chargers sont condamnés à devenir ce que sont les Clippers (NBA) pour Los Angeles.

 

5 points à surveiller dans la NFL

1. À la portée de Prescott

Le quart-arrière des Cowboys, Dak Prescott, ne compte à ce jour que quatre interceptions en 498 passes tentées. Contre les Broncos, aujourd’hui, il pourrait fort bien devenir le premier à sa position dans l’histoire de la NFL à compter cinq interceptions ou moins à ses 500 premières passes tentées. Les Broncos en ont réussi 14 l’an dernier (13e rang) et une dimanche dernier.

2. Machines à sacs !

Les Jaguars se mesurent aux Titans et ils tenteront de prouver que leur magnifique prestation défensive de la semaine dernière n’avait rien d’un hasard. Ils revendiquent déjà 10 sacs du quart et avec une récolte de sept face aux Titans, ils surpasseraient les Seahawks de 1998, qui en avaient récolté 16 à leurs deux premiers matchs.

3. Le palace des Falcons

Dans la soirée, les Falcons inaugureront leur nouveau stade, le Mercedes-Benz Stadium, face aux Packers. Ce véritable palace dont la construction a commencé en mai 2014 aura coûté environ 1,6 milliard, en incluant certaines infrastructures de transport. Les Falcons miseront sur des prix largement inférieurs dans leurs concessions à ce qui se voit dans le monde du sport et ils seront les hôtes du 53e Super Bowl en février 2019.

4. Du calme...

Les partisans s’emportent souvent inutilement après un faux départ de leur équipe chérie. Or, depuis 2002, pas moins de 108 des 180 équipes de séries (60 %) ont commencé leur saison avec une fiche de 0-2 ou 1-1, selon NFL Media. L’an dernier, huit équipes, dont cinq futurs champions de division, ont vécu ce scénario.

5. Un club sélect

La semaine dernière, l’ailier rapproché Jason Witten est devenu le receveur ayant accumulé le plus de verges (11 947) dans l’histoire des Cowboys. Avec 53 verges face aux Broncos, il franchirait la barre des 12 000 verges, ce que seul Tony Gonzalez a accompli à cette position.