/news/provincial
Navigation

Une soixantaine d’aspirantes duchesses en entrevue

Les heureuses élues seront connues dans quelques semaines et présentées au public au début d’octobre

DM aspirantes duchesses-01
Photo Agence QMI, Daniel Mallard La reine de l’an dernier, Claudine Julien (à gauche), s’est entretenue avec l’aspirante duchesse Jeanne Cinq, 18 ans, lors des entrevues tenues samedi dans les bureaux du Carnaval de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Les bureaux du Carnaval de Québec ont vu défiler une soixantaine d’aspirantes duchesses samedi matin. En soirée, 14 d’entre elles ont reçu l’appel tant souhaité et ont appris qu’elles faisaient partie des finalistes.

Des jeunes femmes de 18 à 35 ans résidant aux quatre coins de Québec ont passé samedi la première étape du processus d’entrevues qui culminera, le week-end prochain, par le choix des sept duchesses du 64e Carnaval de Québec.

Les heureuses élues seront ensuite présentées au public au début du mois d’octobre, quelques semaines avant que la cohorte ne s’envole pour une mission à Paris.

Pour le cinquième anniversaire du retour des duchesses, la directrice générale du Carnaval, Mélanie Raymond, note une évolution certaine du profil des candidatures reçues.

Des entrepreneures

« Ce qu’on constate, c’est que le côté entrepreneur, que le Carnaval met de l’avant, a fait son chemin. Il y a beaucoup de filles avec un profil en communications ou en entreprise », a mentionné Mme Raymond.

« Il y en a qui ont des jobs incroyables, des carrières. Je trouve ça vraiment impressionnant qu’elles décident de s’embarquer là-dedans. Il y a six mois de leur vie qu’elles vont consacrer au Carnaval en partie. C’est un engagement qui est important », a souligné la DG, rappelant qu’en plus d’être ambassadrices de la fête hivernale aux côtés de Bonhomme, les duchesses doivent mener une campagne pour la vente de bougies.

Une expérience à faire rêver

La reine de l’an dernier, Claudine Julien, travailleuse à temps plein et mère de trois enfants, explique que cette expérience l’a fait grandir. « On s’épanouit sur tous les plans. Elles sont toutes capables de le faire, il faut simplement être organisée. »

Un conseil qu’elle a pu transmettre aux aspirantes samedi. L’une d’elles, une jeune femme de 18 ans, espérait grandement être choisie parmi les finalistes : elle souhaite amasser des fonds pour la cause des enfants autistes.

« Tout le gros de l’événement, ça me fait rêver », a confié Jeanne Cinq, une collégienne de Charlesbourg.