/news/provincial
Navigation

Les résidents de L’Isle-aux-Coudres isolés et sans médecin

Roméo Tremblay, âgé de 96 ans, est hébergé à la résidence pour personnes âgées le Pavillon Restons Chez-Nous. «On a été pris en otage. On a été abandonnés. C’est un très grand manque de respect envers la population de l’île», rage sa fille Marcelle Tremblay.
Photo JEAN-FRANCOIS DESGAGNES Roméo Tremblay, âgé de 96 ans, est hébergé à la résidence pour personnes âgées le Pavillon Restons Chez-Nous. «On a été pris en otage. On a été abandonnés. C’est un très grand manque de respect envers la population de l’île», rage sa fille Marcelle Tremblay.

Coup d'oeil sur cet article

Sans médecin de famille depuis le départ à la retraite de l’unique omnipraticien il y a plus de trois mois, les 1149 résidents de L’Isle-aux-Coudres, au large de Baie-Saint-Paul, dans Charlevoix, se sentent «abandonnés» et lancent un véritable cri du cœur.

Roméo Tremblay, âgé de 96 ans, est hébergé à la résidence pour personnes âgées le Pavillon Restons Chez-Nous. «On a été pris en otage. On a été abandonnés. C’est un très grand manque de respect envers la population de l’île», rage sa fille Marcelle Tremblay.
Photo Jean-François Desgagnés

Le Dr Marcel Éthier, âgé de 71 ans, a pris sa retraite en juin après avoir soigné les patients de l’île pendant une vingtaine d’années. Il avait signifié son intention de partir cinq ans plus tôt, mais depuis son départ officiel, aucun médecin n’a pris la relève.

«On a été pris en otage. On a été abandonnés. C’est un très grand manque de respect envers la population de l’îl », rage l’insulaire Marcelle Tremblay.

Roméo Tremblay, âgé de 96 ans, est hébergé à la résidence pour personnes âgées le Pavillon Restons Chez-Nous. «On a été pris en otage. On a été abandonnés. C’est un très grand manque de respect envers la population de l’île», rage sa fille Marcelle Tremblay.
Photo Jean-François Desgagnés

Son père, Roméo Tremblay, âgé de 96 ans, est hébergé à la résidence pour personnes âgées le Pavillon Restons Chez-Nous. Le doyen de l’île souffre notamment de problèmes cardiaques qui nécessitaient un suivi toutes les deux semaines avec le DÉthier. Or, depuis le départ à la retraite de ce dernier, M. Tremblay n’a eu la visite d’aucun médecin.

«Il fallait qu’il soit vu aux deux semaines, et là, ce n’est plus important? C’est illogique», s’insurge Mme Tremblay, en ajoutant que son père a de fréquentes pertes de conscience, dont la dernière remonte au 30 juillet.

Roméo Tremblay, 96 ans, en compagnie de sa fille Marcelle Tremblay.
Photo Jean-François Desgagnés
Roméo Tremblay, 96 ans, en compagnie de sa fille Marcelle Tremblay.

Elle a alors dû amener son père en ambulance à Baie-Saint-Paul, un long trajet qui nécessite de prendre le traversier depuis l’île.

«On s’en va à Baie-Saint-Paul pour une niaiserie et, à l’urgence, ils nous disent qu’ils ne veulent pas nous voir avec nos petits bobos, mais où voulez-vous qu’on aille? On n’a plus de médecin», déplore Mme Tremblay. 

«On en arrache»

Cette situation excède la directrice du Pavillon Restons Chez-Nous qui héberge 14 personnes en perte d’autonomie ou atteintes de déficience intellectuelle majeure.

La directrice du Pavillon Restons Chez-Nous, Donate Dufour.
Photo Jean-François Desgagnés
La directrice du Pavillon Restons Chez-Nous, Donate Dufour.

Le personnel de la résidence ne peut pas rédiger ou renouveler les ordonnances des usagers, ajuster les doses de médicaments ni effectuer un quelconque prélèvement sans l’autorisation d’un médecin.

Roméo Tremblay, âgé de 96 ans, est hébergé à la résidence pour personnes âgées le Pavillon Restons Chez-Nous. «On a été pris en otage. On a été abandonnés. C’est un très grand manque de respect envers la population de l’île», rage sa fille Marcelle Tremblay.
Photo Jean-François Desgagnés

En ambulance

Des membres de son équipe doivent accompagner des patients presque quotidiennement en ambulance à l’hôpital.

«On monopolise l’ambulance, l’urgence et le transport adapté. Il y a une journée où nous sommes allés à trois reprises à Baie-Saint-Paul avec trois clients différents pour aller chercher des ordonnances. On en arrache, c’est majeur», plaide la directrice Donate Dufour.

«On a un besoin urgent. On ne peut pas attendre encore un mois. Ça me prend un médecin demain matin», affirme Mme Dufour.

Roméo Tremblay, âgé de 96 ans, est hébergé à la résidence pour personnes âgées le Pavillon Restons Chez-Nous. «On a été pris en otage. On a été abandonnés. C’est un très grand manque de respect envers la population de l’île», rage sa fille Marcelle Tremblay.
Photo Jean-François Desgagnés

Une inquiétude que partage Pierre Tremblay, dont la mère, âgée de 84 ans, est insulaire. Cette dernière est aux prises avec des problèmes cardiaques et elle a récemment fait une chute.

«La population est très vieillissante», confie M. Tremblay. «Pour les insulaires, s’il doit y avoir une intervention rapide, en pleine nuit, malgré les ambulances, c’est parfois trop tard. Le médecin peut sauver des vies», ajoute le fils.

Le traversier

  • L’Isle-aux-Coudres est à 4,1 km au large de Saint-Joseph-de-la-Rive.
  • Il faut entre 20 et 30 minutes au traversier pour parcourir cette distance l’été.
  • Le trajet est plus long en hiver.
  • Selon la saison, entre 10 et 17 voyages sont effectués par jour.
Roméo Tremblay, âgé de 96 ans, est hébergé à la résidence pour personnes âgées le Pavillon Restons Chez-Nous. «On a été pris en otage. On a été abandonnés. C’est un très grand manque de respect envers la population de l’île», rage sa fille Marcelle Tremblay.
Photo Jean-François Desgagnés

Une pétition pour réclamer un médecin de famille

Les citoyens de L’Isle-aux-Coudres ont lancé une pétition pour réclamer un médecin de famille dont le recrutement serait facilité par l’accord de statut de région éloignée à la municipalité.

Plus de 425 signatures ont été récoltées jusqu’à présent, dont celle du Dr Marcel Éthier. Lui, comme d’autres intervenants, croit qu’un statut particulier de région éloignée doit être accordé à L’Isle-aux-Coudres. Cela permettrait d’offrir des conditions plus alléchantes au futur médecin.

«Les régions éloignées n’ont pas de difficulté à avoir un médecin qui va y travailler parce que la rémunération est différente. [...] On leur fournit même une maison et on leur donne une prime d’éloignement. C’est certain que pour les jeunes médecins qui se lancent en pratique, c’est un incitatif», note le Dr Éthier.

Le Dr Marcel Éthier, âgé de 71 ans, a pris sa retraite en juin après avoir soigné les patients de l’île pendant une vingtaine d’années.
Photo Jean-François Desgagnés
Le Dr Marcel Éthier, âgé de 71 ans, a pris sa retraite en juin après avoir soigné les patients de l’île pendant une vingtaine d’années.

À l’Assemblée nationale

Une vision que partage le porte-parole de la Coalition avenir Québec en matière de santé, François Paradis, qui va déposer la pétition lancée par les citoyens à l’Assemblée nationale en octobre.

«Quand bien même la distance serait négociable, la façon de faire, surtout en saison froide, suppose que s’il n’y a personne à proximité, on a une problématique», évoque celui qui somme le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de conserver un médecin sur l’île. 

Appelé à réagir, dimanche, le cabinet de M. Barrette a refusé d’indiquer si des mesures supplémentaires pourraient être mises en place pour favoriser l’embauche d’un médecin pour la population de L’Isle-aux-Coudres.

«On a déjà redécoupé les territoires en sous-territoires pour favoriser le recrutement dans les endroits comme cela», a fait savoir l’attachée de presse du ministre, Julie White, en répétant que les démarches de recrutement suivent leur cours.

Roméo Tremblay, âgé de 96 ans, est hébergé à la résidence pour personnes âgées le Pavillon Restons Chez-Nous. «On a été pris en otage. On a été abandonnés. C’est un très grand manque de respect envers la population de l’île», rage sa fille Marcelle Tremblay.
Photo Jean-François Desgagnés

Le poste toujours affiché

Les porte-parole du CIUSSS de la Capitale-Nationale et du ministère de la Santé ont indiqué que le poste est toujours affiché, mais que personne n’a posé sa candidature.

En attendant, la sécurité des insulaires n’est pas compromise, a-t-on assuré en rappelant la présence d’un CLSC sur l’île.

Roméo Tremblay, âgé de 96 ans, est hébergé à la résidence pour personnes âgées le Pavillon Restons Chez-Nous. «On a été pris en otage. On a été abandonnés. C’est un très grand manque de respect envers la population de l’île», rage sa fille Marcelle Tremblay.
Photo Jean-François Desgagnés

De son côté, le maire suppléant de L’Isle-aux-Coudres, Patrice Desgagné, explique que la recherche de candidats se poursuit.

M. Desgagné, qui est aussi président de la COOP santé de la MRC de Charlevoix, croit que des médecins pourraient faire la navette entre Baie-Saint-Paul et l’île, ce qui est inacceptable aux yeux des citoyens et du Dr Éthier.

«Je ne considère pas qu’un médecin de famille qui vient une fois par semaine sera suffisant», tonne le médecin retraité. «Il faut le vivre, l’hiver, quand c’est bloqué et qu’on a quelqu’un qui fait un infarctus et qu’on ne peut pas le faire traverser. Ça prend un médecin.»

— Avec la collaboration de Dominique Lelièvre

Roméo Tremblay, âgé de 96 ans, est hébergé à la résidence pour personnes âgées le Pavillon Restons Chez-Nous. «On a été pris en otage. On a été abandonnés. C’est un très grand manque de respect envers la population de l’île», rage sa fille Marcelle Tremblay.
Photo Jean-François Desgagnés