/en5minute
Navigation

Un couple d’astéroïdes qui sont comme des comètes

Une première dans la ceinture d’astéroïdes

Vue d'artiste montrant l'orbite bien ovale des deux astéroïdes composant l'objet 288P dans la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter.
AFP Vue d'artiste montrant l'orbite bien ovale des deux astéroïdes composant l'objet 288P dans la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a de tout dans la ceinture d’astéroïdes entre Mars et Jupiter: de la glace, une planète naine, des astéroïdes qui orbitent l’un autour de l’autre et des astéroïdes avec une chevelure comme des comètes, comme le rapporte Space.com.

Mais voici que des astrophysiciens de l’Institut Max Planck en Allemagne ont trouvé un couple d’astéroïdes orbitant l’un autour de l’autre tout en émettant de la vapeur, comme des comètes.

Nommé 288P, cet objet (double) apparaît bien étrange. Les deux astéroïdes, faisant chacun 1 km, se tournent autour à une distance d’environ 100 km, ce qui est beaucoup plus que les autres couples d’astéroïdes de la ceinture. Leur orbite est également très allongée, loin d’être un cercle.

Une hypothèse pour expliquer l’excentricité de l’orbite est justement le comportement semblable à une comète, selon Jessica Argawal, une des chercheuses de l’étude publiée dans Nature. Le rejet de vapeur d’eau aurait pu peu à peu éloigner les deux astéroïdes l’un de l’autre et, à terme, configuer cette orbite si inhabituelle.

288P est différent de tous les autres objets dans la ceinture d’astéroïdes. Et c’est pourquoi il est si intéressant à étudier pour les chercheurs. Il est supposé que les astéroïdes de la ceinture sont restés inchangés depuis la formation des planètes de notre système solaire. Alors, comprendre comment de tels objets peuvent se retrouver en orbite l’un autour de l’autre, ou encore comment ils peuvent agir comme des comètes, tout ça peut contribuer à la compréhension de la formation des planètes, rien de moins.

De plus, la présence d’eau sur les astéroïdes de la ceinture peut contribuer à comprendre la distribution d’eau dans le système solaire.