/misc
Navigation

Pour les chasseurs pressés...

Campeau
photo courtoisie L’équipe de la pourvoirie Destination le Mirage veillent sur tous les aspects de votre chasse au cerf de Virginie : de la saline jusqu’à l’entreposage.

Coup d'oeil sur cet article

Nous vivons à une époque où tout va vite, beaucoup trop vite, et il n’est pas rare que nous manquions de temps pour nos activités.

Vous connaissez certainement l’adage qui dit que « tant qu’à le faire, on doit bien le faire ou il est préférable de ne pas le faire du tout ». Avec le manque de disponibilité chronique qui afflige de nombreux travailleurs aux prises avec des responsabilités qui n’en finissent plus et avec la laisse électronique (téléphone intelligent) qui les tient toujours en haleine, il est quasi impossible qu’ils puissent bien préparer et prospecter leur territoire. Les résultats qui s’ensuivent sont alors habituellement peu concluants.

Beau secteur

Aux alentours de la municipalité de Victoriaville, dans la zone 7, à environ 75 minutes de Montréal, on retrouve une impressionnante densité de cerfs de Virginie qui avoisine les 8 à 16 cervidés au km².

Martin Poisson se passionne pour les activités de prélèvement depuis sa tendre enfance. En 2007, il a lancé son entreprise qui se nomme pourvoirie Destination le Mirage inc.

En plus d’offrir ses services pour les oiseaux migrateurs et pour la pêche, il a développé un concept de chasse au chevreuil sur des territoires privés et aménagés, sous bail avec droits exclusifs, qui génère depuis sa création des taux de succès dépassant les 75 % par chasseur.

Gage de succès

La recette de Martin repose sur les efforts que lui et son équipe investissent au fil des mois pour acquérir des connaissances approfondies sur les 5400 acres de boisés mixtes, de plantations et de champs de culture qu’il exploite pour préparer les salines printanières, pour positionner stratégiquement les différents affûts, etc.

Pour répondre à une demande grandissante de forfaits de courtes et de moyennes durées, ce pourvoyeur offre diverses formules personnalisées dont, entre autres, la possibilité de profiter d’un site de chasse aménagé « à la journée », à des tarifs avantageux. Les forfaits multi-journées avec ou sans hébergement sont aussi disponibles pour des groupes composés de un à quatre chasseurs. Pour tous les forfaits proposés, les services d’un gardien de territoire sont inclus, tout comme l’appâtage quotidien, la récupération, l’entreposage et l’enregistrement de votre gibier

ainsi que des conseils éclairés pour maximiser votre stratégie de chasse.

Des caméras de surveillance sont installées afin d’effectuer un suivi des déplacements et des habitudes des bêtes.

L’équipe de la pourvoirie se fait également un point d’honneur d’orchestrer ses efforts en fonction d’une saine gestion des cheptels présents en contrôlant la pression de chasse sur les sites qui lui ont été confiés.

Meilleure période

Bien qu’il soit possible d’y chasser au fusil et à la poudre noire, Martin est convaincu que la saison à l’arc et à l’arbalète, qui débute le 30 septembre dans la zone 7 sud, est la plus productive, car elle permet le prélèvement de tous les sexes sans restriction. Les fortes densités de chevreuils et un important déséquilibre du ratio mâle et femelle de 1 pour 3 sont les principaux facteurs contribuant à une récolte élargie.

Comme le dit si bien le propriétaire : « le manque de temps requis pour préparer un territoire de chasse et espérer des succès récurrents n’est désormais plus un problème, tout comme la possibilité d’opter pour de courts séjours. Il s’agit de solutions adaptées à la réalité actuelle de bien des gens ».

Pour en apprendre davantage, visitez le site www.destinationlemirage.com ou composez le 1 877 557-9011.

Mauvaise surprise : vos fringues empestent

Campeau
Photo d'archives

Il y a quelques semaines, avant de quitter pour ma première excursion de chasse, j’ai été drôlement surpris, même choqué, de constater que mes vêtements aux coloris de camouflage sentaient très mauvais. J’ai donc contacté le spécialiste dans l’élimination des effluves de toutes sortes, Marc Grisé, de la firme OdorTECH, pour qu’il m’indique ce qu’il faut faire lorsque notre linge de chasse a emmagasiné des odeurs de sous-sol, de garage ou qu’il sent le renfermé. Voici l’essentiel de ses propos. La première étape consiste à laver vos divers habillements avec un savon neutre (pas acide) et sans odeur, une à deux semaines avant le départ ou si nous manquons de temps, une journée ou deux avant. Durant le cycle de rinçage de votre laveuse, ajoutez 150 ml de NokOut pour les laveuses frontales ou 250ml pour les modèles à chargement par le dessus. Par la suite, n’utilisez pas la sécheuse. Accrochez plutôt vos vêtements à l’extérieur pour qu’ils sèchent. La deuxième étape consiste à les déposer dans un bac en plastique que vous aurez auparavant essuyé avec un chiffon imbibé de NokOut et laissé sécher. Vous pouvez inclure des copeaux de cèdre secs, des feuilles mortes bien sèches pour ne pas introduire d’humidité dans le bac, des branches d’épinette, de sapin, etc. N’enfilez vos fringues qu’une fois à destination en prenant soin de vous éloigner du tuyau d’échappement de votre véhicule moteur. Si vous couchez sur place, avant de rentrer dans votre chalet, roulotte ou autre, déshabillez-vous à l’extérieur et vaporisez légèrement du NokOut à l’intérieur de vos habillements et accrochez-les pour les laisser sécher toute la nuit. Pour en apprendre davantage sur le protocole à suivre, visitez le site www.nokout.ca