/news/politics
Navigation

Tir groupé contre l’accord avec Netflix

Québec et l’industrie accueillent la nouvelle de la ministre fédérale du Patrimoine avec une brique et un fanal

Luc Fortin
Photo Simon Clark Le ministre de la Culture et des Communications, Luc Fortin, en avait long à dire jeudi sur l’accord d’Ottawa avec Netflix.

Coup d'oeil sur cet article

Sitôt dévoilée, l’entente conclue entre le gouvernement Trudeau et le géant américain Netflix a été taillée en pièces, tant par Québec que par le milieu des affaires et l’industrie.

Le ministre de la Culture, Luc Fortin, s’est dit « en colère » jeudi, peu après l’annonce de l’entente par la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly.

L’accord prévoit que Netflix devra investir 500 millions $ sur cinq ans en production originale au pays. Elle constitue la pièce maîtresse de la nouvelle politique culturelle d’Ottawa annoncée jeudi.

Toutefois, l’accord avec le géant du divertissement américain ne prévoit aucun contenu minimal francophone. Tout au plus, Netflix devra débourser 25 M$ pour explorer la possibilité de produire du contenu en français.

« Comment on peut abdiquer sur cette question-là, lorsqu’on sait toute la précarité de notre identité dans cet univers numérique ? s’est indigné M. Fortin. Le gouvernement fédéral doit refaire ses devoirs et exiger une portion de contenu original francophone dans les 500 M$ qui seront investis par Netflix. »

Iniquité fiscale

La ministre Joly s’est dite « profondément convaincue que Netflix va distribuer de l’excellent contenu francophone », sans pouvoir le garantir.

M. Fortin a aussi dénoncé le fait que Netflix n’aura pas à facturer les taxes aux consommateurs d’ici. L’entreprise n’aura pas non plus à cotiser au Fonds des médias du Canada, comme c’est le cas pour les câblodistributeurs d’ici.

« Ça vient cautionner une iniquité fiscale, dit-il. Il y a un traitement qui est différent pour une entreprise étrangère que pour les entreprises canadiennes. »

Même son de cloche au Conseil du patronat du Québec, qui dénonce un « traitement deux poids deux mesures, en plus de créer un précédent risqué ». La Fédération des chambres de commerce du Québec est du même avis.

Comme il l’avait déjà indiqué, le ministre Fortin se dit prêt à taxer lui-même Netflix.

L’annonce que le géant américain ne sera pas taxé survient à peine 42 heures après celle des États-Unis qui ont imposé des droits de 220 % sur les appareils C Series de Bombardier.

Artisans perdants

Le président et chef de la direction de Québecor et propriétaire du Journal, Pierre Karl Péladeau, dénonce que l’entente va affaiblir les diffuseurs privés locaux au profit des géants américains et du diffuseur public.

De plus, « à partir du moment où il n’y a pas de garantie pour la production de langue française, il n’y a aucune garantie que les artistes et les artisans du Québec vont pouvoir travailler sur ces productions-là », ajoute la directrice de l’Association québécoise de la production médiatique, Hélène Messier.

Tant le Parti québécois que le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Bloc québécois ont descendu en flamme le deal. S’ils se réjouissent que le gouvernement ait choisi de ne pas taxer Netflix, les conservateurs l’ont fustigé pour l’absence d’obligation de contenu francophone.

 

La politique culturelle en bref

Exporter la culture d’ici

Le fédéral injecte 125 M$ de plus sur cinq ans pour aider l’industrie culturelle à diffuser ses œuvres à l’étranger.

« Les entrepreneurs créatifs doivent plus que jamais se tourner vers les marchés mondiaux pour demeurer concurrentiels, générer des revenus et créer des emplois », selon la ministre Mélanie Joly.

Faire une révision des lois. La nouvelle politique culturelle fédérale compte aussi une révision de l’ensemble des lois qui régissent la culture, dont la Loi sur la radiodiffusion, la Loi sur les télécommunications et la Loi sur le droit d’auteur. Ottawa demeure vague sur ses objectifs.

Pas d’aide pour les médias écrits

Mélanie Joly avait laissé entendre que la nouvelle politique culturelle pourrait comporter une forme d’aide à la presse écrite, qui subit depuis quelque temps une chute drastique de ses revenus publicitaires.

« Nous n’allons pas sauver les industries dont le modèle d’affaires n’est pas viable », a commenté Mme Joly.

Netflix Canada est né

Il s’agit de la pièce maîtresse du plan de match du gouvernement Trudeau en matière culturelle.

Le géant du divertissement promet d’investir au minimum 500 millions $ dans des productions originales au Canada au cours des cinq prochaines années.

À cela s’ajoutent 25 M$ pour explorer le marché francophone. Ottawa souhaite conclure d’autres ententes semblables avec des géants du numérique.

Le Fonds des médias

Ottawa s’engage à allonger des millions pour pallier la chute du montant accessible dans le fonds financé principalement par les câblodistributeurs canadiens, dont les revenus sont à la baisse à cause de l’arrivée des concurrents étrangers comme Netflix, Facebook et Google. La ministre Joly a toutefois été incapable de dire à combien s’élèvera à l’avenir la contribution du fédéral.