/entertainment/events
Navigation

Les musiciennes de Truong Chanh Trung

Une grande exposition de l’artiste originaire d’Asie au Trait-Carré

Coup d'oeil sur cet article

La riche collection de l’artiste renommé Truong Chanh Trung, installé à Québec depuis 1980, passe de la sculpture à l’aquarelle, des nus à l’abstrait, de la peinture à la calligraphie chinoise. Mais c’est sa collection de toiles et sculptures consacrée aux femmes musiciennes qui est exposée dès vendredi à la Galerie d’art du Trait-Carré. Les 56 œuvres en font une des plus importantes expositions jamais présentées à la galerie.

Truong Chanh Trung a un parcours professionnel et personnel hors du commun. Né au Vietnam de parents chinois, il a rêvé dès l’adolescence de réaliser des affiches de cinéma. Mais, à 19 ans, il doit faire son service militaire durant la Guerre du Vietnam... mais il n’a jamais pris une arme dans ses mains, il a plutôt dessiné des affiches publicitaires pour l’armée.

C’est par les bateaux d’immigrés, les « boat people », qu’il est arrivé au Québec et qu’il a finalement atterri à Stoneham, en 1980. L’art étant toujours dans ses projets, il a été le premier à obtenir une maîtrise en art visuel à l’Université Laval.

Chanh expose donc au Québec depuis 1983, en plus d’enseigner l’art asiatique, la calligraphie, la sculpture, l’aquarelle et l’acrylique. Il a créé de nombreuses œuvres d’art publiques dont un bronze de Clarence Gagnon, les 10 magnifiques oiseaux de bronze dans le parc linéaire de la rivière Saint-Charles, ainsi que l’œuvre La Compassion à l’entrée de l’Hôpital général de Québec.

Ses œuvres sont exposées également à Montréal, Toronto, Vancouver, aux États-Unis, en France, en Italie et même au Japon. Il a reçu de nombreux prix tout au long de sa carrière. En 2003, il a participé à La trilogie des dragons de Robert Lepage.

La directrice depuis 23 ans de la Galerie d’art du Trait-Carré, Pierrette St-Pierre, s’est liée d’amitié avec l’artiste alors qu’ils étaient ensemble à l’Université Laval. Elle présente une exposition solo de lui pour la troisième fois.

56 œuvres

La moitié des œuvres présentées sont des sculptures de femmes musiciennes, en mouvement, qui jouent de l’accordéon, du violon, de la tambourine, du saxophone.

Certaines sculptures, faites de papier, d’acrylique et de paverpol, sont représentées sur une toile en aquarelle. Les couleurs sont douces, harmonieuses, et les traits sont fluides.

Échange avec le public

Il s’agit d’œuvres récentes. Cette imposante collection dédiée à la femme a été conçue dans les trois dernières années. Pierrette St-Pierre n’a que de bons mots pour l’artiste. « Il est toujours enjoué. En tant qu’artiste, il n’y a personne comme lui », dit-elle. À peine l’exposition commencée qu’une toile avait trouvé preneur.

À l’occasion des Journées de la culture, le maître sera présent à la galerie samedi et dimanche, pour créer devant les visiteurs et échanger avec eux. Une occasion unique pour en apprendre davantage sur son histoire fascinante.


► L’exposition se tient en deux temps, d’abord du 23 septembre au 8 octobre, et du 28 octobre au 12 novembre. Le vernissage a lieu vendredi soir, à 19 h 30.