/news/politics
Navigation

«Méfions-nous de Philippe Couillard»

Normandeau invite ses auditeurs à voter pour la CAQ

L’ex-ministre libérale Nathalie Normandeau a invité ses auditeurs mardi dernier à voter pour… la CAQ.
Photo d'archives, Pierre-Paul Biron L’ex-ministre libérale Nathalie Normandeau a invité ses auditeurs mardi dernier à voter pour… la CAQ.

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-ministre libérale Nathalie Normandeau invite ses auditeurs à voter pour... la CAQ.

« Méfions-nous de Philippe Couillard et de son gouvernement, c’est du grand n’importe quoi, a-t-elle lancé en ondes mardi dernier. Vivement un autre gouvernement à Québec ! Moi, j’ai envie de vous dire : vivement un gouvernement caquiste à l’Assemblée nationale, ça presse ! »

Désormais animatrice sur les ondes de la station BLVD FM, à Québec, l’ex-ministre du gouvernement Charest venait de terminer une entrevue avec le chroniqueur Mathieu Bock-Côté sur les positions idéologiques du premier ministre Philippe Couillard.

Discrimination systémique

Au cours de la conversation, celle qui a côtoyé Philippe Couillard au Conseil des ministres dans le gouvernement Charest a affirmé qu’il est un homme « très inquiétant » qui « regarde les Québécois de haut », en plus de s’ériger en « donneur de leçons ».

Dans son envolée, Nathalie Normandeau a également dénoncé la volonté du gouvernement Couillard de mettre sur pied une consultation sur la discrimination systémique et le racisme, un problème qui n’existe pas, selon elle. « Personne n’y croit », a-t-elle lancé.

« Il y a une affaire qui ne me rentre pas dans la tête, c’est cette fameuse commission [sic] sur le racisme systémique : Philippe Couillard qui tente de nous faire croire, nous Québécois, qu’on est racistes, qu’on est xénophobes », dit-elle.

Immigration

Selon elle, le premier ministre ne comprend pas que les Québécois veulent être « maîtres chez nous ».

« Les immigrants choisissent le Québec comme terre d’accueil, parfait, mais les immigrants doivent s’intégrer au Québec, doivent se conformer à nos valeurs d’égalité homme-femme », a-t-elle ajouté.

Nathalie Normandeau n’a pas souhaité accorder d’entrevue au Journal jeudi.