/en5minute
Navigation

Des ondes gravitationnelles ont (encore) été détectées

Une représentation d'artiste des trous noirs qui étaient en orbite l'un autour de l'autre, et qui provoquent les ondes gravitationnelles détectées sur Terre.
Petrovich12 - stock.adobe.com Une représentation d'artiste des trous noirs qui étaient en orbite l'un autour de l'autre, et qui provoquent les ondes gravitationnelles détectées sur Terre.

Coup d'oeil sur cet article

Cette fois-ci, comme le rapporte Le Monde, elles ont été détectées en Europe.

C’est la quatrième fois que des ondes gravitationnelles sont détectées depuis février 2016. On dirait que c’est habituel, mais c’est toujours bien spécial.

«Cela faisait 25 ans que j’attendais un tel événement.» – Matteo Barsuglia, responsable de l’équipe Virgo

Le détecteur Virgo, situé près de Pise en Italie, a détecté ces oscillations qui font moins d’un millième du diamètre d’un électron le 14 août dernier. Ces mêmes oscillations ont été détectées dans les deux appareils américains, le LIGO à Livingston (en Louisiane) et le LIGO à Hanford (dans l’État de Washington).

L’origine de ces ondes gravitationnelles est toujours la même, soit la fusion, voilà 1,3 milliard d'années, de deux trous noirs, qui tournent l’un autour de l’autre. L’énergie extrêmement massive qui se dissipe et qui voyage fait agiter l’espace-temps un peu comme un caillou jeté dans un cours d’eau. L’espace-temps ainsi déformé fait en sorte que les objets célestes sont plus ou moins proches les uns des autres.

Aussi, la détection des ondes gravitationnelles démontre une partie de la théorie générale de la relativité développée par Albert Einstein.