/sacchips/inmybag
Navigation

J’ai peut-être écrit cette chronique en étant high...

J’ai peut-être écrit cette chronique en étant high...

Coup d'oeil sur cet article

Cette semaine j’aborde un sujet grave. Un fléau alarmant, un véritable danger. Il sera question de plantes. D’une plante en particulier : la plante de «le pot». En tant que jeune adulte de 21 ans qui a une opinion critique sur le monde qui l’entoure, je me demande donc en majuscules : POURQUOI EST-CE QU’ON A PEUR DE «LE POT»?

Avant de passer pour une spécialiste en la matière ou, pire, une stoner, je tiens à mentionner que pour ma part, je n’en consomme pas. Ben pas souvent en tout cas.

Par contre, même sans être une experte, je crois être assez bien placée pour  en parler : J’ai étudié en arts visuels au cégep du Vieux, je possède une paire de pantalons en lin et je connais les paroles de cinq-six tounes des cowboys fringants, solide.

Je crois qu’un des grands stress par rapport à la légalisation imminente du pot, c’est entre autres parce qu’on ignore comment on fera pour gérer la consommation et la conduite automobile. Comme si on allait se juger apte à conduire même après avoir fumé. Loin de moi l’idée de vous décevoir, mais il y a plus d’un conducteur, dont moi, qu’on devrait juste pas laisser conduire tout court. Et particulièrement pas sobre. La semaine passée sur l’autoroute, j’ai vu un arrêt de piste cyclable en bordure de route ET JE ME SUIS ARRÊTÉE! Si à ce moment là j’avais été gelée, j’aurais été tellement occupée à observer mes mains et à les trouver weird, que je n’aurais même pas remarqué le stop de piste cyclable et il n’y aurait eu aucun problème. En tout cas.

Selon moi, les plus inquiets du pot au volant s’inquiètent aussi parce qu’ils pensent qu'on ne peut pas identifier les conducteurs qui ont fumé ou pas. Coudonc. Je ne sais pas exactement en quoi consiste la formation pour être policier, mais c'est tu vraiment si difficile que ça de repérer des petits yeux rouges et un trio Big Mac, un Mcflurry aux pickles pis des croquettes dans un chausson aux pommes sur le siège passager? S’ils ne sont pas certains, l’haleine ne trompe jamais. Ils n’ont qu’à frencher les conducteurs qui les font douter. Si le conducteur a l’air réticent et qu’il essaie d’esquiver ton bec, il n’y a aucun doute à y avoir ; c’est qu’il cache quelque chose. (Ça marche avec mon chum en tout cas.)

De toute façon,  à  quel point la légalisation du pot aura-t-elle un impact sur le nombre de personnes qui chauffent avec des facultés affaiblies? Dans tous les cas, quand on regarde les statistiques des accidents mortels liés à l’alcool, qui est tout à fait légal, on voit que la loi n’empêche pas les gens de chauffer saoul. Légal ou pas, on sait déjà qu’on ne peut pas s’en remettre au jugement des gens.  La preuve, il y a des gens haut placés ici qui ont jugé que ça serait pertinent que je sois lue par des milliers de personnes chaque vendredi au Journal. Si ça, ça ne vous convainc pas!

 

En même temps je peux comprendre les réticences, c'est vrai, le pot corrompt la jeunesse. C'est quand même ironique par contre,  que ceux qui nous disent ça soient de la même génération que ceux pour qui le LSD a pratiquement déjà été un groupe alimentaire à lui seul.

Moi je crois que c’est une question d’équilibre. Cette semaine, mon chum et moi nous obstinions à savoir à quel âge on laisserait nos enfants consommer pour la première fois. Il insiste pour que je dise que sa position là-dessus était «jamais de la vie, le pot c’est le démon!! On ne touche pas à ça » Mais ça c’est parce qu’il sait que sa mère me lit! Moi ça tombe bien, je peux dire ce que je veux dans mes chroniques puisque ma mère est au travail quand je les livre. Fiou.

Personnellement, j’étais d’avis que vers 10-11 ans c’est raisonnable pour commencer à fumer le pot, parce que je veux élever mes enfants comme on m’a élevé. Vous allez dire  «voyons tes parents n’avaient donc ben pas de jugement de te laisser fumer à cet âge!» Mais peut-on vraiment les blâmer, ils ne savaient pas vraiment ce qu’ils faisaient, ils étaient tellement tout le temps défoncés.

Soyez indulgents un peu seigneur.

Anyways, moi j’pense qu’on ne devrait pas avoir peur des dégâts du pot au volant. Même que j’ai une solution très simple. Saviez vous que les assurances santé ne considèrent pas un consommateur de cannabis comme un fumeur? Ben avec l’argent que t’épargnes sur ton assurance santé, investis dans très bonne assurance auto, pis t’es en business.

De rien.

Vous pouvez entendre Rosalie Bonenfant sur les ondes du 107,3 Rouge tous les vendredis matins 7h30. Cliquez ici pour voir son segment en direct.