/news/provincial
Navigation

Lien entre l'attentat de la Mosquée et les «radios poubelles»: Guérette s'excuse au nom d’une de ses candidates

Anne Guérette a dû s’excuser mardi matin pour un vieux statut Facebook d’une de ses candidates qui a fait un lien entre l’attentat à la Grande Mosquée et les «radios poubelles» de Québec.
Photo Stevens LeBlanc Anne Guérette a dû s’excuser mardi matin pour un vieux statut Facebook d’une de ses candidates qui a fait un lien entre l’attentat à la Grande Mosquée et les «radios poubelles» de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Anne Guérette a dû s’excuser mardi matin pour un vieux statut Facebook d’une de ses candidates qui a fait un lien entre l’attentat à la Grande Mosquée et les «radios poubelles» de Québec.

Le 30 janvier dernier, quelques heures après la tuerie, Michèle Dumas-Paradis, candidate de Démocratie Québec (DQ) dans Chute-Montmorency-Seigneurial, a écrit ce statut Facebook exhumé par le 93.3 FM.

«Climat malsain à Québec avec les radios poubelles qui propagent des messages de haine, de division et de violence. Ce n’est certainement pas étranger à l’attaque de la mosquée de Sainte-Foy par un jeune homme qui répandait sur sa page Facebook des messages haineux que certains animateurs de radio encouragent à Québec depuis assez longtemps».

Interrogée à savoir si elle endossait ces propos, la chef de Démocratie Québec (DQ) a répondu ceci : «Mme Paradis a rédigé ça le lendemain ou le jour même (de la tragédie). Donc, sur le coup de l’émotion, a-t-elle expliqué. Elle a des amis dans la communauté musulmane. Elle était émotive. Ses mots ont dépassé sa pensée. Mme Paradis est une femme de respect et de tolérance.»

Malgré ça, Mme Guérette a soutenu que sa candidate «a toute (sa) confiance» pour porter les couleurs de DQ. «Peut-être que ça a blessé des gens. Je m’en excuse en son nom (...) Elle (Mme Dumas-Paradis) a peur. Elle a cherché des coupables à court terme. Il n’y a pas un seul coupable. C’est un ensemble de choses», a-t-elle ajouté.

Anne Guérette a par ailleurs précisé qu’elle n’aimait pas l’expression «radios poubelles (qu’on) devrait bannir ça de note vocabulaire».