/weekend
Navigation

Denis Villeneuve: l'incroyable ascension

Coup d'oeil sur cet article

De son passage remarqué à la Course Europe-Asie à l’âge de 23 ans aux huit nominations aux Oscars qu’il a obtenues plus tôt cette année avec son film L’Arrivée, le réalisateur québécois Denis Villeneuve a lentement, mais sûrement, gravi les échelons pour devenir aujourd’hui, à 50 ans, un des cinéastes les plus en vue à Hollywood. À l’occasion de la sortie de Blade Runner 2049, son projet le ­plus ambitieux à ce jour, Le Journal revient sur certaines dates les plus importantes de sa vie et de sa carrière.

1967: Son enfance à Gentilly

3 octobre 1967

Photo courtoisie

Naissance de Denis ­Villeneuve à Gentilly, une petite ­municipalité située à une ­vingtaine de kilomètres de Trois-Rivières. Adolescent, le jeune Villeneuve se passionne rapidement pour le cinéma, parcourant des dizaines de kilomètres à vélo pour aller voir Star Wars et les autres films de science-fiction de l’époque.

Photo courtoisie

Dans une entrevue au ­Journal ­l’hiver ­dernier, Martin Villeneuve, le jeune frère de Denis, rappelait à quel point ce dernier était déjà passionné de cinéma à l’époque : « Je me souviens que dans sa chambre d’adolescent, Denis avait des posters de Blade Runner sur les murs et des livres de Dune dans sa bibliothèque. Ce sont ces films qu’on regardait toujours à la ­maison. C’est tout un clin d’œil du destin de voir que c’est lui qui ­réalise aujourd’hui la suite de Blade Runner ».

1991: L’aventure de la Course Europe-Asie

8 mars 1991

Photo courtoisie

Après avoir terminé ses études en cinéma à l’UQAM, le jeune Denis Villeneuve sort de l’ombre en remportant le premier prix ­important de sa carrière : il est sacré grand gagnant de La Course Europe-Asie (un des ancêtres de La Course Destination Monde), qui a été diffusée sur les ondes de Radio-Canada. Pendant cette aventure qui s’est échelonnée sur plusieurs mois, Villeneuve (alors âgé de 23 ans) a réalisé 25 courts métrages dans différents endroits dans le monde, au rythme effréné d’un par semaine. Patrick Masbourian, Bruno ­Boulianne et ­Karina Goma ont aussi participé à la course cette ­année-là.

1996: Ses premiers films

15 novembre 1996

Sortie de Cosmos, un film collectif regroupant quelques courts métrages réalisés par certains des jeunes cinéastes québécois les plus prometteurs de l’heure, dont Villeneuve, André Turpin et Manon Briand. Cosmos a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes au printemps 1997. Il a aussi été choisi pour ­représenter le Canada dans la course à l’Oscar du meilleur film en langue étrangère.

11 février 1999

Photo courtoisie

Villeneuve lance son premier long métrage officiel, Un 32 août sur Terre, qui met en vedette Alexis Martin et Pascale Bussières dans les rôles de deux meilleurs amis qui entreprennent un voyage initiatique dans le désert de sel de Salt Lake City, en Utah. Le film vaut à Villeneuve sa première sélection officielle au Festival de Cannes, dans la section « Un certain regard ».

2000: Son retour au cinéma

4 juillet 2000

Photo courtoisie

Sortie de Maelström, drame célébré un peu partout dans le monde, qui confirme l’immense talent de Villeneuve et qui lance la carrière de l’actrice Marie-Josée Croze (qui tient le rôle principal du film). Le cinéaste québécois fera le tour du monde pendant plusieurs mois pour accompagner ce film qui a été sélectionné dans plus d’une trentaine de festivals internationaux, dont ceux de Berlin, Sundance et Toronto. Villeneuve décidera par la suite de prendre une longue pause du cinéma pour se ressourcer et recentrer sa vie.

2008: Son retour au cinéma

16 mai 2008

Après avoir pris cette pause qui aura finalement duré près de huit ans, Villeneuve effectue un retour au cinéma en présentant le court métrage Next Floor au Festival de Cannes. En entrevue au Journal à Cannes en mai 2008, Villeneuve a confié ceci à l’auteur de ces lignes :

« J’ai retrouvé en tournant Next Floor le plaisir pur de faire du cinéma, sans pression extérieure. J’avais vécu cela en faisant la Course (Europe-Asie). Il y avait quelque chose de pur dans les films de la Course qu’il fallait que je retrouve. Après Maelström, j’ai arrêté pendant un bout parce que j’avais besoin de retrouver le plaisir de faire du cinéma. J’avais besoin de vivre un peu, de travailler sur moi-même et de faire de l’introspection pour aller plus loin dans les émotions. Là, j’ai mangé quelques baffes pendant quatre ans et je suis prêt à revenir. »

6 février 2009

Photo d'archives

Denis Villeneuve lance le drame Polytechnique, le projet le plus casse-gueule de sa carrière à ce moment-là. Le cinéaste y relate les tristes ­événements du 6 décembre 1989 alors qu’un tireur fou – Marc Lépine – avait tué 14 jeunes étudiantes à l’école Polytechnique de Montréal. Le film, tourné en noir et blanc et d’un réalisme percutant, avait remporté neuf prix Génie – dont celui du meilleur film – à Toronto en 2010.

17 septembre 2010

Photo d'archives, AFP

Un peu plus d’un an après la sortie de ­Polytechnique, Denis Villeneuve frappe un autre grand coup avec la sortie d’Incendies, un drame adapté de la pièce du même titre de Wajdi Mouawad. Avec ce film puissant et saisissant, Villeneuve obtient son plus gros succès en salles à ce jour (plus de 3 millions $ au box-office) et décroche sa première nomination aux Oscars (pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère). Les portes ­d’Hollywood s’ouvrent à lui.

2013: Ses débuts à Hollywood

20 septembre 2013

Photo d'archives, AFP

Sortie de Prisonniers, son premier film hollywoodien, un thriller sombre et violent mettant en vedette Jake Gyllenhaal, Hugh Jackman et Melissa Leo. Lors de la présentation du film au Festival de Toronto, Villeneuve ­s’attire les éloges de tous les acteurs de son film : « Je voudrais dire du fond du cœur, et je crois que les autres acteurs du film seront d’accord avec moi, que Denis Villeneuve sera bientôt connu comme un maître du cinéma, et ce, pour les années à venir », avait alors prédit l’actrice Maria Bello.

2014

Photo courtoisie

Quelques mois après la sortie de ­Prisonniers, Denis Villeneuve refait déjà surface avec Ennemi, un thriller expérimental qu’il a tourné avant Prisonniers à Toronto et qui met aussi en vedette l’acteur Jake Gyllenhaal : « J’avais besoin de retourner derrière la caméra, d’explorer la direction et de travailler en anglais une première fois avant de me lancer dans la grosse machine qu’était Prisonniers », avait confié Villeneuve au Journal à la sortie d’Ennemi.

25 septembre 2015

Photo d'archives, AFP

Sortie de Sicario, un thriller mettant en vedette Emily Blunt, Josh Brolin et Benicio del Toro qui nous plonge dans l’enfer des cartels de la drogue, à la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Ce film permet à Villeneuve d’être invité pour la première fois de sa carrière en compétition officielle au Festival de Cannes. Sicario obtient aussi trois ­nominations aux Oscars. Villeneuve a le vent dans les voiles à Hollywood.

2016: La consécration

11 novembre 2016

Villeneuve lance L’Arrivée, son troisième film américain (et son premier de science-fiction) qu’il a tourné au Québec avec plusieurs ­techniciens québécois. L’actrice Amy Adams y joue une ­linguiste qui est recrutée par l’armée pour ­décrypter le langage d’une civilisation extraterrestre qui vient de débarquer sur Terre. Le film obtient huit nominations aux Oscars, dont une dans la catégorie du meilleur film. Il est finalement récompensé du prix du meilleur mixage sonore, remis au Québécois Sylvain Bellemare. Avec plus de 200 M$ au box-office mondial, L’Arrivée est le plus gros succès de Villeneuve à ce jour.

6 octobre 2017

Sortie en salle du très attendu Blade ­Runner 2049, le projet le plus coûteux (près de 200 M$) et le plus ambitieux de Denis Villeneuve jusqu’à maintenant. Le film est acclamé par la critique. Désormais considéré comme l’un des cinéastes les plus en vue à Hollywood, Villeneuve est déjà pressenti pour réaliser d’autres films d’envergure comme le prochain James Bond et une nouvelle adaptation de Dune. Les prochaines années risquent d’être fort intéressantes pour la carrière du cinéaste québécois.