/misc
Navigation

Tragédie des Éboulements: «Je vais m’en rappeler toute ma vie»

Le photographe du Journal a été le seul à prendre des photos aériennes de la scène

Le photographe du Journal avait pris plusieurs photos de la carcasse démolie de l’autocar de la compagnie Autobus Mercier de Thetford Mines, qui gisait au fond d’un ravin près de Saint-Joseph-de-la-Rive.
Photo d'archives Le photographe du Journal avait pris plusieurs photos de la carcasse démolie de l’autocar de la compagnie Autobus Mercier de Thetford Mines, qui gisait au fond d’un ravin près de Saint-Joseph-de-la-Rive.

Coup d'oeil sur cet article

Le photographe de presse Daniel Mallard, doyen au Journal de Québec, n’oubliera jamais cette journée du 13 octobre 1997 où il a été appelé à couvrir la tragédie des Éboulements, l’un des pires drames des dernières décennies au Québec.

« C’est le plus gros fait divers que j’ai fait dans ma carrière. J’ai dû travailler à peu près 48 heures en ligne, je vais m’en rappeler toute ma vie. Pour nous, c’était comme un écrasement d’avion », explique celui qui est photographe au Journal depuis 34 ans.

« J’étais parti de Québec avec ma voiture, avec la journaliste Marie-France Bornais. On parlait déjà d’une dizaine de morts, ce qui était énorme. Je roulais à des vitesses très élevées. À cette époque-là, on était un petit peu téméraire », raconte Daniel Mallard.

Daniel Mallard avait capté une scène lourde de sens : un pompier récupérant un chapelet ayant appartenu à l’une des victimes. D’ailleurs, le pape Jean-Paul II avait offert ses condoléances aux familles.
Photo d'archives
Daniel Mallard avait capté une scène lourde de sens : un pompier récupérant un chapelet ayant appartenu à l’une des victimes. D’ailleurs, le pape Jean-Paul II avait offert ses condoléances aux familles.

« Les gens étaient silencieux »

Il a été l’un des premiers représentants des médias à arriver sur les lieux.

« Ce qu’on entendait, c’étaient les génératrices qui aidaient à faire fonctionner les pinces de désincarcération. Les gens étaient très silencieux, très respectueux. C’est ce qui me marque encore de cet événement-là », souligne-t-il.

Il fut le seul photographe de presse à prendre des clichés aériens de la scène. Un pilote d’hélicoptère, sur place, était prêt à décoller, et Daniel Mallard l’avait convaincu de le laisser monter à bord pour une centaine de dollars.

Daniel Mallard, Photographe au
Journal de Québec
Photo d'archives
Daniel Mallard, Photographe au Journal de Québec

 

« Lors de l’enquête, ils se sont servis de certaines de mes photos. Même la Sûreté du Québec n’en avait pas de l’événement comme tel », expose-t-il. L’un de ses clichés l’a davantage marqué, soit celui où l’on voit un pompier qui récupère un chapelet dans la carcasse, lors des opérations de secours.

« Les gens qui étaient à bord étaient des gens croyants. La symbolique était forte, pour moi », soulève Daniel Mallard.

Largement médiatisée au Québec comme ailleurs, la tragédie a monopolisé les premières pages du Journal pendant plusieurs jours, de la scène d’accident jusqu’aux funérailles. La une du mardi 14 octobre, le lendemain de l’accident, montrait des images difficiles de l’autocar éventré et des victimes qu’on avait transportées une centaine de mètres plus loin. La une du lendemain montrait les familles endeuillées de Saint-Bernard, qui ont eu la pénible tâche d’identifier formellement leurs proches au cimetière Saint-Charles, à Québec.
Photo d'archives
Largement médiatisée au Québec comme ailleurs, la tragédie a monopolisé les premières pages du Journal pendant plusieurs jours, de la scène d’accident jusqu’aux funérailles. La une du mardi 14 octobre, le lendemain de l’accident, montrait des images difficiles de l’autocar éventré et des victimes qu’on avait transportées une centaine de mètres plus loin. La une du lendemain montrait les familles endeuillées de Saint-Bernard, qui ont eu la pénible tâche d’identifier formellement leurs proches au cimetière Saint-Charles, à Québec.
Le photographe du Journal avait pris plusieurs photos de la carcasse démolie de l’autocar de la compagnie Autobus Mercier de Thetford Mines, qui gisait au fond d’un ravin près de Saint-Joseph-de-la-Rive.
Photo d'archives

« Quand tu es photographe de presse, ça demande beaucoup de sensibilité. Il faut respecter le site, sur une scène comme celle-là, et il ne faut pas imposer notre présence. Il faut travailler discrètement, relate-t-il. J’ai essayé de traiter ce fait divers là avec le plus de respect possible. »

Vingt ans plus tard, il affirme que cet événement « a un peu changé [sa] vision du fait divers ». « Ça m’a toujours amené, après, à être le plus effacé possible. Peu importe l’ampleur du fait divers, ça doit se traiter avec respect ».