/weekend
Navigation

Retour à l’école

Retour à l’école
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Pour certaines personnes, la seule mention du mot « adolescence » fait remonter de douloureux souvenirs. Pour d’autres, elle évoque une période heureuse où tout était possible. Sarah-Maude Beauchesne fait partie de celles qui affichent un large sourire quand elles repensent au secondaire. « C’était merveilleux. Mes amies et moi, on était des petites hors-la-loi ! On était des premières de classe, mais on brisait toutes les règles... »

L’auteure de L’Académie, 
Sarah-Maude Beauchesne, 
avec son actrice principale, 
Léa Roy.
Photo Chantal Poirier
L’auteure de L’Académie, Sarah-Maude Beauchesne, avec son actrice principale, Léa Roy.

C’est à cette époque que Sarah-Maude Beauchesne a découvert qu’elle voulait devenir écrivaine. Une décennie plus tard, c’est chose faite. Auteure du blogue littéraire Les Fourchettes et des romans jeunesse Cœur de slush et Lèche-vitrine,

la jeune femme de 27 ans propose aujourd’hui L’Académie, une série télé réalisée par Marie-Claude Blouin, dans laquelle elle raconte les aventures d’Agathe, Marie et Wendy, trois amies inséparables qui entament leur 5e secondaire avec confiance dans un pensionnat alternatif pour filles.

L’arrivée des garçons viendra toutefois changer bien des choses...

Cette histoire, Sarah-Maude Beauchesne la portait en elle depuis longtemps. « J’avais envie de faire une école weird, confie-t-elle. J’avais cette idée d’une école avant-gardiste­­­, alternative et parfaite... où j’aurais suivi plein de cours que je n’ai pas eus au secondaire, comme des cours de BBQ, des cours de mécanique, des cours de sexualité sans tabous, de développement personnel, etc. Une école libre, dirigée par une femme forte, où tout le monde peut être soi-même. »

Simplicité

Interprète d’Agathe dans L’Académie, Léa Roy dit également garder de beaux souvenirs du secondaire. Bien qu’elle ait dû manquer beaucoup de cours à cause des tournages de Tactik, cette série jeunesse de Télé-Québec qui s’est étirée de 2009 à 2013, la comédienne s’ennuie parfois de cette période où « tout était plus simple ».

« J’ai encore la même gang qu’au secondaire, révèle l’actrice de 19 ans, qui étudie en communication à l’Université Concordia. Rien n’a changé, sauf le stress. Parce que plus on vieillit, plus on est conscient de toutes nos responsabilités. Cette innocence me manque parfois. »

Des modèles

Rencontrées au Collège Notre-Dame, une école privée de Montréal où L’Académie a été tournée cet été, Sarah-Maude Beauchesne et Léa Roy parlent avec beaucoup d’enthousiasme des 10 premiers épisodes du feuilleton jeunesse qui atterriront sur Club illico mercredi.

Fan finie de Ramdam quand elle était enfant, Léa Roy se réjouit de jouer un personnage qui inspirera peut-être des milliers de jeunes Québécoises.

« Je sais c’est quoi être un jeune qui regarde une série d’ados : c’est tomber amoureuse du gars qui joue tel personnage, c’est vouloir être tel personnage... C’est beaucoup plus qu’une simple émission. Les jeunes regardent la télévision différemment du reste du monde. Ils ont beaucoup moins de jugements. Ils sont investis dans l’histoire. Ma plus belle motivation comme actrice, c’est de savoir qu’il y a des jeunes filles qui vont vouloir être comme Wendy, Marie et Agathe. »

Passer des messages

Quand on demande à Sarah-Maude Beauchesne si L’Académie peut être qualifiée de série « féministe », elle répond­­­ candidement avoir compris ce que le terme signifiait réellement il n’y a que quelques années, après avoir écouté un discours d’Emma Watson.

De son côté, Léa Roy semble hésiter. « Sans vouloir être une série dite “féministe”, ça reste des personnages féminins qui se battent pour conserver leur identité et pour ne pas perdre leur place quand les gars arrivent. »

Une chose est sûre, bien qu’elle souhaite faire passer quelques messages, Sarah-Maude Beauchesne dit n’avoir jamais perdu de vue son but premier en écrivant L’Académie en collaboration avec Annabelle Poisson, Yannick Éthier et Kadidja Haïdara : celui de raconter des histoires.

« Je ne voulais pas faire une série futile, ça c’est sûr, souligne l’auteure. Je voulais qu’on apprenne des affaires. Je voulais faire une série qui rassure les jeunes et qui répond à leurs questions. Je voulais qu’ils voient qu’ils ne sont pas tout seuls à vivre certaines choses. »

♦ Club illico présente L’Académie à compter de mercredi.

 

Les stars de L’Académie

Qui sont les principaux protagonistes de L’Académie ? La comédienne Léa Roy et l’auteure Sarah-Maude Beauchesne nous ont aidés à brosser leur portrait.

 

Agathe

Léa Roy

Retour à l’école
Photo courtoisie

C’est la leader du trio qu’elle forme avec Wendy et Marie.

« Agathe n’a pas peur de dire ce qu’elle pense, déclare son interprète, Léa Roy. Elle a des opinions fortes sur plein de choses, notamment par rapport à l’arrivée des garçons à L’Académie. C’est le modèle qu’on retrouve souvent au secondaire : la fille qui veut avoir l’air inébranlable, mais qui est bourrée d’insécurités comme tout le monde. Elle joue la fille tough, la fille forte, mais plus la série progresse, plus elle s’adoucit. Ça nous permet de voir son côté sensible. »

Clément et Théo

Antoine Desrochers et Rémi Goulet

Retour à l’école
Photo courtoisie
Retour à l’école
Photo courtoisie

Clément et Théo font partie des nouveaux venus de L’Académie.

« J’ai vraiment créé deux personnages avec qui je serais tombée en amour au secondaire, avoue Sarah-Maude Beauchesne. Ce sont des petits gars fascinants. Ils ont du style, ils sont relaxes, ils sont sensibles, mais ils ont aussi leur petit edge. »

L’auteure décrit ses protagonistes masculins comme des « gars qui n’ont pas peur d’être eux-mêmes ».

« C’était important pour moi qu’ils fassent du skate, parce que c’était ma passion au secondaire, les gars qui faisaient du skate. C’était aussi important pour moi qu’ils portent des Vans. Je voulais qu’ils soient spéciaux. »

Marie

Juliette Gosselin

Retour à l’école
Photo courtoisie

L’auteure de L’Académie, Sarah-Maude Beauchesne, s’est inspirée d’elle-même pour créer le personnage de Marie.

« Ça m’a vraiment pris du temps à frencher. Je n’étais pas en mode séduction. Et quand j’essayais, je n’y arrivais pas, parce que j’étais le grand spaghetti un peu maladroit, super chummy. Aujourd’hui, je suis contente d’avoir attendu parce que j’ai misé sur mes amitiés et mes intérêts. Je n’avais pas de petit chum. Je n’étais pas la blonde d’un petit gars boutonneux. Marie est un peu comme ça. Oui, son but, c’est de tomber en amour comme nous tous, mais je trouvais ça important de montrer qu’avoir un chum ou une blonde, ce n’est pas l’accomplissement ultime. Tomber en amour, c’est ben beau, mais les amis, maudit que c’est important. »

Wendy

Sabrina Bégin Tejeda

Retour à l’école
Photo courtoisie

Wendy voit les choses d’une « autre façon », indique Sarah-Maude Beauchesne.

« Elle est différente... et elle est belle dans sa différence. C’est un personnage qui – j’espère – va inspirer plein de filles à dire : “Je veux agir comme elle dans n’importe quelle situation.” Parce que Wendy, c’est une fille calme, posée et réfléchie. »

Scarlett

Marianne Fortier

Retour à l’école
Photo courtoisie

Une aura de mystère entoure son arrivée à L’Académie. On devine qu’elle a peut-être été victime d’intimidation dans son ancienne école.

«Scarlett, c’est une fille très effacée et peu sûre d’elle. Elle a peur de tout. Elle a surtout peur des filles parce qu’elles l’ont beaucoup blessée. »

L’auteure Sarah-Maude Beauchesne s’identifie beaucoup aux craintes de Scarlett. « Cette peur des filles était très présente chez moi au secondaire. Parce que je voulais qu’on m’aime. Je redoutais le rejet. »

 

Sources d’inspiration

Quelles sont les œuvres qui ont inspiré Sarah-Maude Beauchesne durant l’écriture de L’Académie ? L’une d’entre elles pourrait vous étonner...

 

Harry Potter

  • 1997-2007
Retour à l’école
Photo courtoisie

Cette populaire série romanesque signée J.K. Rowling raconte les aventures d’un jeune sorcier à Poudlard, une école pas comme les autres. Épaulé par Ron Wesley et Hermione Granger, le jeune garçon s’engage dans une lutte sans merci contre Lord Voldemort.

« Je suis une grande fan d’Harry Potter, déclare Sarah-Maude Beauchesne, qui s’est même fait tatouer l’éclair du héros. Je voulais créer une école qui ressemblerait à Poudlard. Une école sur laquelle j’aurais tripé. Dans Harry Potter, les moments que je préférais, ce sont ceux qui avaient lieu dans les dortoirs, dans les salles communes, etc. J’aimais beaucoup la vie de pensionnat. »

The O.C.

  • 2003-2007
Retour à l’école
Photo courtoisie

Cette série télé américaine s’est étirée sur quatre saisons à FOX. On y dépeint le quotidien riche en soirées mondaines, scandales juteux et chicanes mémorables de familles fortunées du comté d’Orange en Californie, plus précisément de Newport Beach. Les adolescents Ryan, Marissa, Summer et Seth forment le quatuor de base du feuilleton.

Sex and the City

  • 1998-2004
Retour à l’école
Photo courtoisie

Cette comédie culte, créée par Darren Star (Beverly Hills 90210, Melrose Place) et inspirée d’un recueil de chroniques écrites par Candace Bushnell, brosse le portrait – sans tabous – de quatre amies célibataires new-yorkaises : Carrie, Samantha, Miranda et Charlotte.

« Sex and the City m’a montré comment parler avec humour de questions féminines, dit Sarah-Maude Beauchesne. J’ai beaucoup, beaucoup écouté cette série. J’aimais la façon dont elle parlait des enjeux auxquels les quatre femmes faisaient face : c’était vraiment, vraiment honnête et ouvert, tout en étant magique et over the top. C’est ce que je voulais faire avec L’Académie : je voulais parler des choses de manière vraie et authentique, mais en ajoutant une petite couche de sparkle, une petite touche de rêve. Parce que c’est ce qui est le fun au secondaire : le glaçage qu’on met sur tout. Sex and the City n’a pas du tout le même public cible que L’Académie, mais ça m’a beaucoup aidée pareil. »

One Tree Hill

  • 2003-2012
Retour à l’école
Photo courtoisie

Ce teen drama américain des réseaux WB et CW a obtenu beaucoup de succès à VRAK Québec, sous le titre Les frères Scott. Il relate le parcours de deux frères ennemis qui fréquentent la même école secondaire dans une petite ville fictive en Caroline du Nord.

Un coup de fil à Alex Nevsky

Retour à l’école
Photo Chantal Poirier

Quand est venu le temps de concocter la chanson-thème de L’Académie, Sarah-Maude Beauchesne s’est tournée vers un ami d’enfance, le chanteur Alex Nevsky. « On vient tous les deux de Granby, explique-t-elle. Alex, je l’aime comme un frère. Et quand j’ai su que ça fonctionnait pour L’Académie, j’ai tout de suite pensé à lui pour la musique. Il est tellement talentueux. Et ça collait vraiment à son univers. Je l’ai appelé et il n’a pas eu d’autre choix que de dire oui... »

Alex Nevsky est accompagné du musicien et producteur Gabriel Gagnon, un autre ami de Sarah-Maude. Cette dernière n’avait donné aucune indication précise au duo, mais une fois la pièce terminée, elle était ravie du résultat.

« On reconnaît vraiment leur touche. J’aime que mes amis puissent mettre leur grain de sel dans tout ce que je fais. »