/news/health
Navigation

Nouvelle unité de soins palliatifs à l’IUCPQ

Une fin de vie intime et sereine

La nouvelle unité comprend notamment des chambres climatisées, des fauteuils-lits, une salle de bain avec douches – une commodité pour les familles qui désirent passer la nuit avec leur proche – et une nouvelle terrasse.
PHOTO DIDIER DEBUSSCHERE La nouvelle unité comprend notamment des chambres climatisées, des fauteuils-lits, une salle de bain avec douches – une commodité pour les familles qui désirent passer la nuit avec leur proche – et une nouvelle terrasse.

Coup d'oeil sur cet article

Les patients en fin de vie à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec peuvent maintenant profiter de leurs derniers instants dans une nouvelle unité de soins palliatifs plus adaptée et intime, aménagée grâce à la générosité d’une famille de Québec.

En mémoire de leurs parents Gertrude et André Têtu, qui a poussé son dernier souffle dans cette unité il y a plus de deux ans, les cinq enfants de la famille Têtu de Québec ont remis 225 000 $ à la Fondation IUCPQ, dans le but d’améliorer l’unité de soins palliatifs. Le projet estimé à 1,28 M$ comprend cinq lits.

La nouvelle unité comprend notamment des chambres climatisées, des fauteuils-lits, une salle de bain avec douches – une commodité pour les familles qui désirent passer la nuit avec leur proche – et une nouvelle terrasse.
Photo Didier DEBUSSCHERE

Ouverte depuis plus d’un mois, la nouvelle unité comprend notamment des chambres climatisées, des fauteuils-lits, une salle de bain avec douches – une commodité pour les familles qui désirent passer la nuit avec leur proche – et une nouvelle terrasse.

La nouvelle unité comprend notamment des chambres climatisées, des fauteuils-lits, une salle de bain avec douches – une commodité pour les familles qui désirent passer la nuit avec leur proche – et une nouvelle terrasse.
Photo Didier DEBUSSCHERE

«Comme une grande famille»

«Mon père était cardiologue, c’est lui qui à l’époque a ouvert le Département de cardiologie de l’Hôpital Christ-Roi et de son vivant, il nous avait demandé de faire quelque chose pour les familles de Québec», mentionne Paule Têtu, qui se rappelle ses derniers moments de son père, comme si c’était hier. «Ça fait plus de deux ans et les infirmières ici me reconnaissent, ça devient un peu comme une grande famille», ajoute-t-elle.

Paule Têtu se rappelle de ses derniers moments de son père, comme si c’était hier.
Photo Didier DEBUSSCHERE
Paule Têtu se rappelle de ses derniers moments de son père, comme si c’était hier.

C’est d’ailleurs ce que font remarquer Nathalie et Isabelle Huard, qui accompagnent leur père, en fin de vie. «On ne se sent pas du tout à l’hôpital, c’est familial, calme et intime», mentionnent-elles, alors qu’elles passent régulièrement la nuit au chevet de leur père. «Papa nous dit souvent qu’il est content, qu’il ne pourrait pas demander mieux. Il est bien, en sécurité», indique Nathalie Huard.

Pour le Dr Charles Morasse, chef du Département de médecine générale à l’IUCPQ, l’ambiance plus intime de ce nouveau milieu de vie permet de «démédicaliser la fin de vie». «On essaie d’enlever le décor hospitalier pour permettre une fin de vie comme si c’était à la maison», précise-t-il.

La nouvelle unité comprend notamment des chambres climatisées, des fauteuils-lits, une salle de bain avec douches – une commodité pour les familles qui désirent passer la nuit avec leur proche – et une nouvelle terrasse.
Photo Didier DEBUSSCHERE

Entre le 10 décembre 2016 et le 9 juin dernier, 333 personnes ont été hospitalisées dans l’unité de soins palliatifs de l’IUCPQ. Au total pour cette période, 22 demandes d’aide médicale à mourir ont été formulées, alors que 13 ont été administrées. Les cas refusés l’ont été notamment pour des patients devenus inaptes, en déclin très rapide ou décédés avant la fin du processus.