/misc
Navigation

Québec serait sur le party

Les Golden Knights joueront leur premier local ce soir contre les Coyotes.
Photo AFP Les Golden Knights joueront leur premier local ce soir contre les Coyotes.

Coup d'oeil sur cet article

Imaginez le party qu’on aurait eu à Québec si les Nordiques faisaient leur grand retour et entamaient leur saison locale ce soir. L’ambiance en ville serait incroyable. Ce rêve, les gens de Las Vegas vont le vivre, eux.

Las Vegas a eu une équipe d’expansion, elle accueille les Coyotes de l’Arizona pour leur premier match de la saison à la maison. Là-bas, les gens vont se présenter au match pour aller découvrir ce qu’est le hockey de la Ligue nationale. Beaucoup iront aussi pour découvrir le hockey tout court. Les vrais fans de hockey de Québec eux vont rester chez eux plutôt que se sortir faire à la fête au Centre Vidéotron. Avouez que c’est navrant.

Je suis encore incrédule devant la décision de la LNH de bouder Québec. Je n’en reviens toujours pas qu’un marché passionné comme le nôtre ait été laissé sur le carreau, la LNH préférant avoir un nombre impair d’équipes, trente et une, plutôt que de réintégrer Québec dans son giron. Je n’oublierai pas non plus l’insulte de Jeremy Jacobs des Bruins qui a répété que Québec était un marché un peu trop petit pour sa ligue. La LNH a des marchés tellement minuscules en matière de fans de hockey que c’est un peu gênant de faire une déclaration de la sorte sur Québec. Je suis bien d’accord, il n’y a pas 2 millions de personnes à Québec. Mais il y a plus de fans de hockey dans la Vieille Capitale que dans les deux tiers des villes de la LNH. Ça prend une bonne dose de culot pour regarder Québec de haut dans ce contexte.

L’IMPACT DE GEOFF MOLSON

Beaucoup de gens de Québec pensent que le Canadien de Montréal met les bâtons dans les roues de Québec au board des gouverneurs. Ils sont beaucoup également à croire que le Canadien préfère garder tout le Québec pour lui tout seul. Et économiquement, cette idée se défend. Pourtant, je vous le rappelle, Geoff Molson a répété à plusieurs reprises qu’il souhaitait voir les Nordiques revenir et que la rivalité Canadien-Nordiques lui manquait. Si c’est vrai, il faudra finir par comprendre que son opinion ne pèse pas bien lourd au sein de la LNH. Pourtant, quand Molson a racheté le Canadien de George Gillett, Geoff Molson a réussi à signer un contrat avec la LNH pour que Molson devienne la bière officielle de la LNH, et ce, même si Labatt détenait un contrat valide jusqu’en 2014. Les dirigeants de Labatt ont rué dans les brancards, mais l’entente avec Molson a été maintenue. Bref quand Geoff Molson veut vraiment quelque chose, il sait se montrer convaincant. La question maintenant est donc la suivante : quand il dit qu’il est en faveur du retour des Nordiques à Québec, jusqu’à quel point l’est-il vraiment ? Si monsieur Molson veut prouver qu’il est du côté de Québec, il aura une chance de le faire puisqu’il siège maintenant au très restreint comité exécutif de la LNH.

ÇA SUFFIT

Le dossier du retour des Nordiques traîne en longueur depuis déjà beaucoup trop longtemps. L’édifice est là, Québec a un propriétaire potentiel qui affirme être prêt à acheter une équipe et la Ligue nationale a besoin de faire entrer une autre franchise dans ses rangs, un nombre impair d’équipes, ça ne peut pas durer. Il est grand temps que Québec réintègre la LNH. Ce soir, les fans de hockey de Québec vont vivre un affront qui aurait pu être évité en leur accordant une équipe d’expansion également. Les gens de Québecor doivent poursuivre leur travail en coulisse et je sais qu’ils le font. Il faut continuer de marteler à la LNH à quel point le marché de Québec va bien et à quel point il est prêt à accueillir une équipe de la LNH.

Ce soir, Québec va vivre un affront en regardant les joueurs des Golden Knights sauter sur la glace de leur amphithéâtre. Mais cet affront doit être le dernier. La LNH doit revoir sa position et écouter les arguments de Québecor une fois pour toutes. Car la patience des gens de Québec s’effrite, on l’a senti au cours de la dernière année. Et ce n’est pas l’affront de ce soir qui va les calmer.