/news/currentevents
Navigation

Un 3e dispensaire de pot fermé à Québec

Le SPVQ intervient deux semaines après l’ouverture

Les enquêteurs du Service de police de la Ville de Québec ont passé plusieurs heures au dispensaire afin de récupérer la marchandise, notamment des produits dérivés.
Photo Nicolas Saillant Les enquêteurs du Service de police de la Ville de Québec ont passé plusieurs heures au dispensaire afin de récupérer la marchandise, notamment des produits dérivés.

Coup d'oeil sur cet article

La police de Québec continue de maintenir la ligne dure contre les dispensaires de cannabis en fermant un troisième commerce dédié à la vente de marijuana.

Vers 10 h mardi, des policiers de l’unité des stupéfiants ont fait irruption dans le Cannoisseur, un dispensaire de pot médicinal qui avait ouvert ses portes récemment, rue Saint-Jean, devant Radio-Canada. « C’est tolérance zéro », a indiqué le porte-parole du SPVQ, David Poitras, alors que des enquêteurs s’affairaient à l’intérieur du commerce.

Toujours illégal

Un gestionnaire sur place lors de la perquisition a été arrêté. L’homme a toutefois été relâché sous promesse de comparaître ultérieurement. Le commerce était géré par trois entrepreneurs, Marc-Antoine Hamel, Alexandre Falardeau et André Bernard.

Ceux-ci ont refusé de répondre à nos questions. Sur la page Facebook du commerce, on indiquait simplement « fermé pour la journée » suivi d’une émoticône d’une main faisant le « V » de victoire et un autre d’une face de diable.

Les personnes impliquées pourraient éventuellement être accusées de possession dans le but de trafic. « Il n’y a pas de façon de vendre du cannabis légalement dans un commerce », a répété le policier David Poitras.

Un bilan de la frappe pourrait être connu demain, les policiers ont passé plusieurs heures sur place notamment parce qu’il y avait beaucoup de produits dérivés de la marijuana.

Troisième fermeture

Alors que les dispensaires continuent d’ouvrir partout au Canada, à Québec, la police maintient la ligne dure contre ce type de commerce toujours interdit. En août 2016, le SPVQ avait fermé la boutique Weeds sur Saint-Joseph qui opérait depuis deux mois, alors que la Croix-Verte a été fermée en janvier dernier après quatre mois d’activité.

Dans les deux cas, la police a soumis les conclusions de son enquête au DPCP qui précise être toujours à l’étude du dossier concernant la Croix-Verte. Quant à Weeds, Michel Dumond et son frère Roger sont cités à procès les 12, 13 et 14 mars 2018. Ceux-ci sont accusés de trafic et possession dans le but de trafic.