/news/provincial
Navigation

Gosselin s'en prend à Robert Lepage sur le projet du Diamant

Le candidat à la mairie est allé jusqu’à mettre en doute le processus de financement et l’avenir économique du projet du Diamant.
Photo Jean-François Desgagnés Le candidat à la mairie est allé jusqu’à mettre en doute le processus de financement et l’avenir économique du projet du Diamant.

Coup d'oeil sur cet article

Le chef de Québec 21 s’en est pris à Robert Lepage lors d’un point de presse mercredi matin, le taxant de manquer de transparence dans le projet du Diamant.

Le candidat à la mairie Jean-François Gosselin en avait gros sur le cœur mercredi matin. Il voulait absolument réagir à une critique de Robert Lepage publié dans les pages du Journal, soulignant que des gens plus à droite sont peu informés.

Offusqué, Jean-François Gosselin s’est adressé directement à l’artiste de renom. Il a mentionné que M. Lepage avait un talent indéniable, mais qu’il avait les moyens de financer lui-même ce projet, sans l’aide de la Ville. «M. Lepage, c’est qui ces gens-là? C’est quoi un touriste de qualité?» a pesté M. Gosselin, soutenant que M. Lepage insultait les contribuables.

Puis, il est allé jusqu’à mettre en doute le processus de financement et l’avenir économique du projet.

«Le Diamant, c’est un projet qui est opaque et qui n’est pas transparent», a souligné, sans preuve, le candidat. «Qui va payer s’il y a des déficits? Est-ce qu’il va venir nous revoir?»

M. Lepage a critiqué certaines personnes «de droite», comme M. Gosselin, qui mentionnent que le financement d’une partie du Diamant par la Ville de Québec était une dépense folle.

Indiquant respecter leur opinion, M. Lepage a dit de ces gens qu’ils étaient mal informés.

«Les dépenses culturelles sont toujours les victimes des gens qui sont plus à droite, qui tiennent ces propos, et c’est normal, on entend toujours ça [...]  Mais je pense que les gens qui disent ça sont peu informés, ils ne savent pas l’impact que la culture a sur l’économie, et ne doivent sûrement pas s’y intéresser d’ailleurs pour se permettre de dire ça.»